UNTIL DAWN

 

 :: Characters :: Fiches Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Orpheus Rosenwald | Civil | 25%




Fiche : Délicatesse
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 15



Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Oct - 18:14
Rosenwald Orpheus
Race : Humain avec un petit +
Sexe : Masculin
Âge : 27 ans
Anniversaire : 30/12
Nationalité : Allemand
Classe sociale : Haute
Groupe : Civil
Métier : Professeur d'art
Sexualité : Panromantique
Loisirs : Dessiner, rêvasser, collectionner les services de thé en porcelaine, admirer le paysage, boire du thé.
Pseudo sur Kaibyou : ...
Particularité : Il aime les fruits et s'il le pouvait, il ne mangerait que ça. Il se contente de boire du jus de fruit à chaque repas. Il ne boit que rarement de l'alcool. Que dire de plus.
Avatar : Mikazuki Munechika - Touken Ranbu
Mental
La description mentale de votre personnage.
Physique

Il dormait.

Il dormait à poings fermés, ne se souciant pas de son environnement, de son siège sûrement inconfortable, sa cage thoracique se soulevant doucement à chacune de ses paisibles inspirations. Rien ne semblait pouvoir le sortir de son doux songe. Une tempête aurait pu détruire le bâtiment que ses paupières resteraient closes. Cette scène inhabituelle vous soutire un sourire, à la fois attendri et amusé. Qui aurait cru que le professeur Rosenwald dissimulait une facette aussi adorable ? Certainement pas vous, alors que vous étiez revenu dans sa salle de classe lui rendre un devoir en retard. Vous vous étiez attendu à beaucoup de sa part ; des remontrances, un soupir fatigué, un silence de plomb. Toutefois, c’est assoupi que vous l’avez retrouvé.

C’était la première fois que vous le voyiez aussi… sans défense. Bien que l’enseignant ne revête jamais d’air froid, il donne toujours cette étrange impression d’être lointain et de souhaiter rester à cette place inaccessible. Un sourire orne en quasi-permanence ses douces lèvres rosées, aimable et poli, qui monte jusqu’à ses yeux, doucement plissés, si bien qu’il est très apprécié par ses élèves et ce même s’il laisse une distance entre eux, dans son ton et ses regards, qui ne donnent que davantage l’envie de lui mettre le grappin dessus, rien que pour connaître ses autres facettes dans l’intimité.

Seulement, il n’y avait rien de cela, ce jour-là.

Ses prunelles d’un bleu lagon surprenant étaient actuellement cachées sous ses paupières, bordées par de longs et épais cils ébène. Ces derniers avaient tendance à jouer un important rôle dans la douceur de ses regards, y apportant une certaine tendresse, donnant à ceux qui reçoivent l’un d’eux une étrange sensation, comme celle d’être doucement couvée avec beaucoup de délicatesse, telle une chose infiniment précieuse à qui la moindre éraflure ferait basculer l’équilibre du monde. C’était le genre de regard qui vous fait sentir important et indispensable. Quelle déception, lorsqu’on se rend compte qu’il ne s’agit pas d’un fait, mais de ce qui relève bien plus de l’impression.

Aussi, vous sentez bien que s’il venait à s’énerver, il serait capable de vous glacer le sang.

A n’en point douter, cet homme est très expressif. Durant ses heures de travail, il se retient de se départir de son visage avenant et souriant, plaisant jusqu’au bout des ongles, vous avez pu le constater à de nombreuses reprises. Que ç’eut été son expression embarrassée après avoir reçu une déclaration d’amour, ou son froncement de sourcil ennuyé lors de l’agitation durant sa classe, ou encore cette étincelle de pure joie quand il a su que l’un de ses élèves avaient gagné un concours. Une belle palette d’expression que vous vous amusiez à remarquer, jour après jour, dans le but de découvrir jusque dans les moindres de ses secrets.

Malheureusement, vous n’avez jamais eu l’occasion de le voir agacé au point de lever la voix. L’intérêt n’est pas de l’entendre davantage, sa voix, grave au ton doux comme le miel et légèrement chantant comme une mésange, porte suffisamment et nul doute qu’il serait capable de recouvrir le brouhaha d’une salle de concert s’il le désirait. Pourtant, Orpheus n’hausse jamais le ton. Peu importe le bruit environnant, il se bornera à user d’un ton suffisant pour que ses interlocuteurs puissent l’ouïr.

Vous profitiez de son profond sommeil pour vous rapprocher encore de lui, étant certain qu’il ne se réveillera pas de sitôt, cela dit vous avez regardé derrière vous et tendu l’oreille de peur d’être pris sur le fait par un autre étudiant ou toute autre personne de l’établissement. Cela aurait mis dans une position délicate le professeur sagement endormi dans son fauteuil. Ayant confirmé que le couloir était désert, vous vous êtes permis de réduire la distance entre vous et Orpheus, puis avez glissé une main dans ses cheveux aussi sombres que la nuit, vous amusant du contraste entre votre peau et ses mèches plus douces que les plumes d’une colombe. Vous observiez alors la pâleur de son épiderme, un véritable teint de porcelaine, en parfait contraste avec la noirceur de ses attributs capillaires et vous vous en amusiez.

Votre main se retira lentement, s’attardant sur la longue mèche à la gauche de son visage et vous vous questionnez sur ce qui l’a poussé à couper ses cheveux d’une telle façon. Le plus étrange n’était pas sa coiffure, mais bien le fait que sur lui, cela semblait parfaitement normal et en accord avec ce qu’il était. Vos doigts s’égarèrent sur sa joue et finirent sur ses douces lèvres d’où s’échappait un souffle chaud et régulier, preuve de son assoupissement. Vous frayant un chemin, vous constatiez de près qu’il a réellement des crocs sans appartenir à la caste des créatures nocturnes assoiffées de sang. D’où viennent-ils ?

Un regard insistant sur votre personne vous obligea à quitter votre contemplation et vous vous confrontiez alors aux billes lapis-lazulis du professeur. Vous l’aviez réveillé et vous ne vous en étiez pas rendu compte. Dans un sursaut, vous le relâchiez et vous reculiez d’un bon mètre, vous empourprant violemment, hélas dans votre embarras vos pieds s’emmêlèrent et vous tombiez au sol. Aussitôt, un rire léger parvint à vos oreilles et les enchantèrent. Levant les yeux, vous découvriez l’enseignant riant, sa main dissimulant sa bouche souriante, des étincelles de joie et d’amusement illuminant ses prunelles bleues marines – dont les pupilles étaient encadrées d'une demi-couronne d'or. Une fois que son hilarité prit fin, sans délaisser son sourire, il se leva de son siège et s’approcha pour vous tendre la main, vous offrant un support afin de vous relever.

Il était d’une plus grande carrure que dans vos souvenirs.

Si l’on devait le comparer aux jours précédents, on ne verrait pas la moindre différence – si ce n’est que son costume style européen aux couleurs sobres changent chaque jour, bien entendu. On n’a simplement pas souvent l’occasion de le voir de si près, ni sous cet angle. Là, vous remarquiez enfin le grand soin qu’il apporte à ses mains plus qu’à toute autre partie de son corps. Bien que son visage soit aussi avenant qu’il l’était habituellement, vous le voyiez sous un nouveau jour. Loin de ces airs rêveurs, somnolant ou encore émerveillés – expressions qu’il n’adoptait que lorsqu’il pensait que personne ne le regardait -, vous voyiez un homme. Pas les jeunes dont l’âge ne dépassait pas les vingt-cinq ans avec qui vous aviez habitude de traîner, ni les vieux que vous croisiez en faisant vos courses. Non, c’était un homme séduisant et disponible, aux grandes mains, au dos large, à la carrure solide insoupçonnée à cause de son air qui donnait l’impression qu’il était plus fragile que de la porcelaine.

Et cet homme était face à vous, à vous sourire et à vous tendre la main. Que pouviez-vous faire d’autre que de la saisir ?
batman
Nom du Pouvoir : Echolocation
Nature du Pouvoir : Don
Costume : Courte description ou lien d'une image
Description :
C'est une chauve-souris.


Présent

Que fait votre personnage maintenant à Tokyo ? Quelle est sa routine ? A-t-il des objectifs ou des projets ?
Histoire
Quel est le passé de votre personnage ? Qu'a-t-il vécu ? Qu'est-ce qui le rend si particulier ou attachant ? Pourquoi a-t-il fini par rejoindre la folie de Tokyo ?
Joueur

Pseudo : Sparky / Sparkling Monster
Fiche joueur : Bientôt
Commentaire : La bande à Silver arrive ~

Revenir en haut Aller en bas
avatar >
Grue du Japon
Grue du Japon







Fiche : Silhouette blanche dansant dans la tempête de neige.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 17



Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Oct - 19:38
*Ronronnement de grue*

_________________


Snow was falling as falling stars…
Revenir en haut Aller en bas
Orpheus Rosenwald | Civil | 25%
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» René Civil devant le tribunal criminel
» René Civil est libéré
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» L'OEA modernisera l'Etat civil national
» Marvel Civil War

Until Dawn :: Characters :: FichesSauter vers: