UNTIL DAWN

 

 :: Tokyo :: Ikebukuro Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Parfois, il vaut mieux juste taire ses sarcasmes. [PV Barbaré Sam]

avatar >
Civil
Civil






Fiche : http://untildawn.forumactif.fr/t140-umeko-aoki-civile-validee
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 38



Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Juil - 21:41
Les occasions pour Aoki de sortir étaient rares et elle les évitait au maximum, mais à son grand déplaisir, il lui arrivait de ne pas avoir le choix. Au moins, cette fois, ce n'était pas Ayato qui l'avait mise à la porte. Même si depuis quelques temps, il la pressait de sortir faire les courses pour "servir enfin à quelque chose". Enfin, encore plus que d'habitude. Elle avait fait quelque chose pour qu'il insiste autant ? M'enfin, au final ce n'était pas pour lui faire plaisir et satisfaire son ego qu'elle s'était rendue à l'une des supérettes du coin, mais plus parce que sans s'en rendre compte, elle avait épuisé sa réserve de chips.

La jeune fille avait pris du temps à se préparer, soit quelques heures, car le plus dur était bien de combattre son manque de motivation, mais non, décidément, il fallait qu'elle y aille. Elle attrapa au passage une liste de course qu'elle avait trouvé sur son bureau il y avait de ça plusieurs jours, se disant que si elle en profitait pour la remplir, Ayato se calmerait peut-être quelque temps et lui épargnerait ses remarques ennuyeuses. Et si elle n'avait pas le courage, elle achèterait seulement la moitié de ce qu'il y avait sur le bout de papier. Ou le quart. A voir. Voir moins. C'est que le magasin était grand, ne se contentant pas de vendre de la nourriture. Et chercher un aliment en particulier dans tout l'endroit était assez chiant.

Aoki finit donc par se diriger vers la caisse, ses achats se composant plus de chips, bonbons et autres cochonneries qu'autre chose. Elle étouffa un baillement, choisissant la file que son esprit avait jugé comme étant la plus rapide. Et pas uniquement en se fiant à la longueur, ou au fait que telle caissière semblait plus expérimenté. Il faut dire qu'avec son pouvoir, son esprit mathématique et son sens de l'analyse, c'était un jeu d'enfant de choisir la bonne file. C'était assez dommage d'utiliser son potentiel uniquement dans de telles situations. Mais c'était devenu un peu un réflexe. Elle avait appris à vivre avec toutes ses silhouettes grises entourant chaque individu et qui exprimaient leurs possibles futures actions, et calculer qu'elle était la plus probable était un automatisme. Rien ne lui échappait (ou presque, il ne faut pas exagérer non plus), et c'est pour ça qu'elle remarqua facilement un client en particulier.

Quoique. Client n'est peut-être pas le bon mot, puisque le principe d'un client, dans un tel magasin, c'est de choisir ses articles, de passer à la caisse, et de payer. Mais celui-là avait réussi à dérober quelques articles, sans que personne ne le remarque. Etaient-ils tous aveugles ? Ou stupides ? Franchement. Ca ne la regardait pas, de toute façon. Et elle s'en fichait complètement. Elle paya rapidement ses achats, machouillant son chew gum, comme pour signaler à la vendeuse qu'elle était trop lente à son goût, puis allant pour se diriger vers la sortie d'un pas rapide, elle passa à côté de l'homme à la peau mate, et la langue de vipère qu'elle était ne put retenir cette simple remarque :

- Niveau discrétion, j'ai vu mieux. T'as de la chance qu'ils soient tous trop idiots pour remarquer ton vol.

Parce que ça doit être sacrément chiant d'être pris en plein vol. Tous les ennuis que ça attire, et tout et tout.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar >
Criminel
Criminel







Fiche : ...
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 26



Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Juil - 2:04
-Z'êtes tous sûr que vous avez besoin de rien?  Personne?

Il se tient sur le seuil, tenant la porte grande ouverte du repère de la Ligue des Super Best Friends.  Il n’insista pas plus, disant tout simplement de l’appeler si jamais ils changeaient d’idée.  Il les salue gaiement et se dirige vers sa voiture jaune éclatante.  Il l’avait lavé lui-même ce matin avec amour, en plus de changer la plaque d’immatriculation, et maintenant il est prêt à se balader en ville avec son bébé.  Il s’engage sur la route une cigarette dans le bec bien heureux.  Pour aucune raison particulière, il est juste de bonne humeur.  Des courses sont la parfaite chose pour occuper son après-midi.  Il avait aperçu ce petit magasin charmant dans le quartier Ikebukuro, un genre de commerce à un dollar qui essaie de se faire un nom parmi la compétition.  Autant bien encourager le local et faire ses emplettes là-bas.

En rentrant dans la boutique, il est légèrement surpris par la clientèle beaucoup plus grande que ce qu’il s’imaginait.  Ça ne le dérange pas.  Il ne prend pas la peine d’enlever ses verres fumés et fait le tour des allées.  À la fin de sa ronde, il tient dans ses mains un paquet de cigarette, une boîte de condoms, un paquet de bouteilles de bières, un grand bâton en plastique pour faire des bulles et finalement, un petit nain de jardin.  Il met le tout dans un sac en plastique et il jette un bref coup d’œil aux caisses, plutôt occupées.  Il regarde les alentours puis aperçoit une petite dame qui essaye d’atteindre un panier de pots maçon vides trop haut pour elle tout en tenant fermement la main de son petit garnement.   Il se faufile sans faire de bruit de l’autre côté de la rangée.  Avec sa grande taille, il peut facilement pousser l’article avec son bâton à bulles, qui tombe sur la tête de la mère pour se fracasser sur le sol aux pieds du môme.  Une caissière, alerté pour le bruit de verre éclaté, ordonne à tout le monde de s’écarter et s’en va chercher un balai pour nettoyer un dégât.  Barbaré profite de la distraction de celle-ci pour se diriger vers les caisses et s’éclipser du magasin sans payer.  Il ne se soucie même pas des deux autres employés, qui semblent juste trop pris avec leurs clients et comment fonctionne la caisse.  

Quand il est assez éloigné de la boutique à son goût, il s’appuie sur le mur et s’allume une cigarette.  Alors qu’il fume tranquillement, songeant à aller déconner quelque part comme il aime bien le faire, un adolescent passe devant lui et lâche comme commentaire :

- Niveau discrétion, j'ai vu mieux. T'as de la chance qu'ils soient tous trop idiots pour remarquer ton vol.

Il s’étouffe un peu dans sa fumée, lâchant une toux rauque et profonde, digne d’un grand fumeur.  Il attrape le garçon par le poignet et le tire pour le ramener en face de lui.  Il examine un moment le visage, qui est plutôt joli, mais pas un bon joli.  Le gars a trop l’air d’une fillette frêle, personne ne voudra de quelqu’un comme lui.  Il expire un nuage de fumée dans les yeux du jeune homme et finit par déclarer :

-Ouais…faut dire que niveau intelligence, j’ai vu mieux aussi.  T’imagines ça toi?  Attends attends fais juste imaginer!  Tu vois quelqu’un voler des trucs et foutre le camp, et tu décides de le suivre pour le faire chier.  «En passant, je t’ai vu faire petit margoulin!».  Ah oui bien joué de ta part mon gars.   Et si le voleur est un type dangereux qui verrait aucun problème à te traîner dans une ruelle et t’étrangler en paix?  Naaaaaan, pas grave ça!  T’auras au moins réussi à faire ton petit teenager provocateur et trop cool pour une fois et ça te suffira!

Il utilise le frêle poignet qu’il tient pour l’approcher de la tête du jeune en feignant de cogner quelques légers coups contre le crâne.  Si ses yeux étaient invisibles derrières ses lunettes de soleil, ses sourcils montraient à eux seuls que lui non plus, il n’était pas impressionné.  Son sourire finit quand même par se desserrer et à même dévoiler une rangée de dents jaunies par le tabac.  

-T’as entendu parler du p’tit gars qui s’est fait décrocher la mâchoire après avoir approché un criminel pour lui dire qu’il l’a vu faire et tout ça?  Lui au moins, il a été assez smart pour prévenir la police.  Ton niveau d’intelligence est plus bas que celui d’un gamin.  Wow.

Il laisse planner un petit silence avant d’éclater de rire et de lâcher l’ado :

-Ben non putain!  Je te r’conte juste des trucs pour te faire peur!

En fait pas tout à fait.  L'histoire du gamin est bien vraie et il est bien placé pour le savoir.
Il avait aidé Doctor Plague à se sortir du pétrin lorsque c'est arrivé.  Il termine rapidement sa clope avant de la jeter à ses pieds pour bien l’écraser.  Il replace ses lunettes sur son nez et se présente :

-Tu peux m’appeler Barbaré.  Si t’as envie d’appeler les flics, ça te sera utile de savoir.  Remarque, j’pense pas que tu vas le faire.  T’as juste trop l’air…désintéressé.  Ça reflète ta personnalité.  Tu ressembles à l’adolescent le plus stéréotypé non-intéressant que j’ai jamais vu de ma vie.  Et pas le bon stéréotype qui se drogue à des partys que j’aime, non toi tu sens le renfermé.

Il lui tend son paquet de cigarettes pour lui en proposer une ainsi qu’une toute autre offre.

-J’t’aime bien pareil.  T’es débile, mais t’as du cran.  Alors ça te dirait de m’accompagner pour me partager ta connaissance du crime, Ô petit avorton?  J’ai vraiment envie d’apprendre de toi clairement.

Il se sort ses clés de voiture et les secouent sous le nez du jeune, plus souriant que jamais.  Pour le convaincre plus, il lui propose de le reconduire chez lui quand ils auront fini, et cela gratuitement, ce qui est plutôt sympa de la part d’un chauffeur de taxi.  De manière faussement galante, il lui ouvre la portière du passager et l’invite à prendre place.
Revenir en haut Aller en bas
avatar >
Civil
Civil






Fiche : http://untildawn.forumactif.fr/t140-umeko-aoki-civile-validee
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 38



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 4 Aoû - 8:45
Aussitôt, l'homme à qui Aoki avait adressé sa remarque sarcastique se reconnu. Il faut dire, qu'étant le plus proche d'elle, elle ne pouvait s'exprimer qu'à lui, et que c'était de toute manière le seul ayant actuellement un vol à se reprocher. A peine le voit-elle s'étouffer ainsi, que la demoiselle comprend qu'elle vient de se jeter droit dans les emmerdes. Sachant que pour elle, les emmerdes peuvent aussi bien être une discussion un peu trop longue et ennuyeuse que quelque chose d'une toute autre gravité. C'est alors qu'il lui saisit le poignet, cette dernière ne cherchant même pas à se débattre puisqu'elle est quasiment sûre qu'il a, de toute manière plus de force qu'elle. Ou bien est-ce la flemme ? Un peu des deux. Si Aoki n'était pas aussi "je m'en foutiste", elle aurait presque été gênée de la façon dont il la dévisageait. Mais il n'y avait pas de quoi, après tout. Ce n'était pas comme si c'était un pervers attiré par ses charmes féminins, puisqu'ils étaient inexistants ou plutôt très bien cachés sous sa tenue habituelle. Néanmoins, elle se mit aussitôt à battre des paupières en recevant un nuage de fumée dans les yeux, ces derniers commençant à mouiller de quelques larmes. Bon sang, si elle était plus polie, elle lui aurait fait remarqué que c'était vachement impoli de faire ça -quoique, ça devrait pas lui faire grand-chose-, mais comme elle était mal placée pour parler.

Puis son "monologue" commence. Enfin ça n'en est pas vraiment un puisqu'il parle à Aoki, mais vu son manque de réactivité, c'est à se demander. Son blabla ne s'encre dans son esprit que quelques secondes. Elle n'arrive décidément pas à se raccrocher à ce qu'il raconte. Rien de plus prévisible. Lui faire comprendre qu'il trouve son comportement digne d'un idiot. Sauf qu'il est juste pas au courant qu'elle est surdouée. Oui, parce qu'à force de penser tout contrôler avec son pouvoir et ses aptitudes mathématiques, elle en a tiré une trop grande confiance en elle, malgré son ennui constant, qui la pousse à croire qu'elle pourra toujours s'en sortir en y mettant un minimum du sien. Puis les "sous-entendus menaçants". Ca aussi, ça restait une réaction assez typique, aux yeux de la demoiselle. S'il ne parlait pas autant, elle aurait pris plaisir à faire marcher sa langue de vipère, mais décidément, il est impossible pour elle d'en placer une. Alors tout ce qu'elle se contente de faire, c'est d'étouffer un long baillement dans sa paume, par pur esprit de "teenager provocateur", comme il le dit si bien. A peine a-t-elle le temps de laisser choir à nouveau son bras libre le long de son corps, qu'elle sent son autre bras effectuer une trajectoire non voulue vers son front. Quand lâchera-t-il son poignet ? Un soupir franchit ses lèvres.

- Si je dis, "je suis désolée", on peux recommencer à zéro et je peux juste partir tranquillement chez moi ?

En réalité, elle n'attendait pas vraiment de réponse, le sourire qu'il avait aux lèvres en était déjà une. Et pas celle qu'elle attendait. Malheureusement. Et l'histoire qu'il lui raconta briévement eut presque le don d'inquiéter Aoki, à supposer que ça soit possible. Si la mort ne l'effrayait pas, puisqu'elle "ne serait plus là pour se plaindre d'être morte", la douleur, c'était une autre chose. Et se faire décrocher la mâchoire ne lui semble définitivement pas agréable. C'est qu'elle en a légèrement pâli, espérant qu'avec son teint déjà clair, l'homme en face d'elle ne l'ait pas remarqué. Comme fier de son coup, il laisse planer un silence qu'Aoki comble en murmurant ironiquement "Quelle histoire joyeuse.".

- Ben non putain!  Je te r’conte juste des trucs pour te faire peur!

Haha. Très drôle. Oui, vraiment. Enfin, ça doit l'être, vu comme il se marre. Ce qui est pas le cas de la demoiselle qui aimerait bien être ailleurs, ce qu'elle ne cache pas. Cette fois, elle ne commente pas, haussant simplement les épaules pour faire mine de l'avoir écouté, même si elle a donné l'impression de ne l'avoir fait que d'une oreille. C'est que malgré son rire, elle a quelques doutes sur le fait que ça soit juste un "truc inventé pour lui faire peur". Puis de suite, il enchaîne en se présentant. Barbaré. Un nom pas commun, se fait rapidement réflexion Aoki. Enfin, rien que la personne n'est pa commune, que ce soit ses manières ou ses traits qui ne sont pas du tout typés japonais. Bon, il y a de plus en plus d'étrangers dans la ville, mais il reste qu'il n'y a pas dans de noirs que ça.

- La politesse voudrait que je me présente à mon tour mais comment je suis censée le faire si tu te fais tout seul une présentation de moi ?

Baissant le regard vers la cigarette, Aoki hésite à la prendre. C'est gratuit, autant en profiter. Sauf qu'elle est riche de toute fa çon. Et la cigarette, elle n'a jamais testé, peut-être parce qu'en voyant comme son père en fumait, ça ne l'a jamais tenté ? Aussi parce que vu le peu qu'elle aére sa chambre, ça empesterait vite, et elle tient à son confort. Elle se contenta donc simplement de secouer négativement la tête.

- J’t’aime bien pareil.  T’es débile, mais t’as du cran.  Alors ça te dirait de m’accompagner pour me partager ta connaissance du crime, Ô petit avorton?  J’ai vraiment envie d’apprendre de toi clairement.

C'était formulé comme une invitation, mais dans l'esprit de la jeune fille aux cheveux verts, cela sonnait plus comme un ordre. Débile ? Petit avorton ? Heureusement qu'elle était impossible à vexer. Et malgré sa "gentille" offre de la raccompagner, elle n'est pas particulièrement en confiance. Dans un dernier soupir, elle fait un pas, s'approchant du siège passager dont la portière lui a été si galamment ouverte.

- Pourquoi ai-je l'impression que l'on ne me demande pas vraiment mon avis ?

Et pourquoi est-ce que je sens que je vais le regretter ?ajouta-t-elle mentalement en prenant place.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
>









Revenir en haut Aller en bas
Parfois, il vaut mieux juste taire ses sarcasmes. [PV Barbaré Sam]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ❝ parfois, il vaut mieux tourner la page que d'être seule à vouloir arranger les choses ❞ › jordan
» « Conquérir sa joie vaut mieux que de s’abandonner à sa tristesse. » (Tommy J.)
» Un mensonge vaut parfois mieux que la vérité [Feat Yvan]
» Un petit arrangement vaut mieux qu'un grand conflit [Livre I - Terminé]
» Une mauvaise chute vaut mieux qu'une fin insignifiante

Until Dawn :: Tokyo :: IkebukuroSauter vers: