UNTIL DAWN

 

 :: Characters :: Fiches :: Fiches personnages Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Super Best Friends : Barbaré Sam - Criminel [Validée]

avatar >
Criminel
Criminel







Fiche : ...
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 26



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Mai - 0:29
BARBARÉ SAM
Race : Humain
Sexe :On ne l’appelle pas Monsieur Sam pour rien!
Âge : 36 ans
Anniversaire : 05/05/1982
Nationalité : Américain
Classe sociale : Basse
Groupe : Criminel
Métier : Chauffeur de taxi illégal
Sexualité : Hétéro
Loisirs : Fumer, aller boire une bière avec de la bonne compagnie, organiser des grosses fêtes en s’infiltrant dans des maisons d’inconnus et tenir à jour son blogue de séduction.
Pseudo sur Kaibyou : @Sam
Particularité : C’est un coach de séduction.
Avatar : Baron Samedi, de aquiles-soir
Mental
Vulgaire et grossier, Barbaré Sam est un célibataire endurci, irresponsable et qui est incapable de rester en couple sans tromper à plusieurs reprises.  Ça ne le déprime pas du tout, il est du genre à être optimiste.  Après tout, a-t-il souvent tendance à penser, pourquoi être triste et morose sur des petites choses jusqu’à ce que l’on crève comme des chiens au regard piteux?  C’est donc un homme enjoué, bavard qui aime partager sa bonne humeur, même si c’est dur d’avoir son enthousiasme quand il sème le désordre quand ça lui chante.  Il ne se gênera jamais d’insulter et d’envoyer promener n’importe qui, mais il le fera toujours avec un sourire.  Avoir le plus de plaisir possible est son but et ça fait de lui un grand consommateur qui aime acheter.  Malgré le fait qu’il n’a pas beaucoup d’argent, il voit dans ses dépenses une preuve qu’il est quelqu’un d’important.  Cela contribue à son côté narcissique et égocentrique.  Le fait qu’il s’habille du mieux qu’il peut comme un riche le fait sentir important, et il a besoin de ressentir ça.  C’est pour ça d’ailleurs qu’il a créé son blogue de séduction, même si sa vulgarité, ses commentaires déplacés et même son manque de respect ne font pas du tout de lui un grand séducteur.  En vérité, il est terrible dans ce domaine, mais il a quand même des admirateurs sur Internet qui suivent ses conseils, et ça lui suffit.

C’est tout un extraverti, ce Barbaré.  Il y a bien des chances que s’il encaisse des coups, il va le faire avec un franc sourire.  Mais sa joie de vivre n’est pas constante, et il y a quelques moyens de le faire chier.  Habituellement, quand il est à bout et en rogne, il devient silencieux et ne sourit plus.  Généralement, il va finir soit sa bière, son repas ou sa clope avant d’essayer de donner une raclée.  Une agressivité calme, disons.  Pour ne pas en arriver là, la première solution est de ne pas voler, égratigner ou briser son taxi.  Il y tient comme à la prunelle de ses yeux, et lui seul a le droit de l’endommager accidentellement quand il conduit comme un fou à la recherche de sensation forte.  La deuxième solution est de dire qu’il n’a pas de vie et qu’il fait dur.  Il aime bien avoir des remarques positives sur son apparence, et va insister, plus ou moins subtilement, pour en recevoir.  Vous pouvez l’ignorer ou dire quelque chose de passif qui contentera un peu son ego, mais si vous le trouvez exaspérant et que vous lui en faites part, en ajoutant des choses pas très gentilles mais quand même bien honnêtes, alors là il ne va pas rire.  Le reste est imprévisible, tout comme son comportement parfois.  
Physique

Si sa maigreur lui permettrait de se faufiler dans une bouche d’aération, ce n’est sera certainement pas grâce à son 1m95.  Ses longues jambes lui permettent de faire de grandes enjambées, et on dirait que sa démarche est toujours légère, voire dansante.  On dirait qu’il est toujours sur le point de commencer à claquer ses longs doigts et à se mettre à danser en fredonnant.  Cet effet est accru par le fait qu’il bouge constamment et qu’il est incapable de ne pas remuer un seul cheveu.  Ce grand bonhomme est toujours vêtu de beaux pantalons, de chemises et de cravates.  Il en porte tellement et n’y fait pas assez attention que ses vêtements ont des marques d’usure rapidement, bien qu’il les répare du mieux qu’il le peut quand il en voit la nécessité.

Si son grand corps d’asperge noire n’émoustille pas le désir chez les jeunes demoiselles, peut-être que son visage y parviendra plus.  Après tout, sa mâchoire carrée et son nez plat lui donnent certain charme, sans oublier ses lèvres pulpeuses.  Si seulement celles-ci ne cachaient pas des dents jaunis et une haleine qui affirme que c’est un grand fumeur, ce serait parfait.  Seules ses joues montrent encore un signe de maigreur sur sa face, étant un peu creuses.  Ses cheveux bruns bouclés, tel une coupe afro mal coupée, encadrent ses yeux d’un brun très foncé, presque noir, dont le seul éclat reste quelque chose d’indéterminée :  est-ce une lueur de plaisir? De malice?  De détermination? De cruauté?  De folie?  C’est dur à dire, surtout avec ses verres fumés qu’il porte tout le temps.  
Monsieur Sam
Nom du Pouvoir : Trou du c*l
Nature du Pouvoir : Don
Costume : Un complet usé et fatigué, un tantinet trop grand, mais toujours coloré accompagné d’un chapeau haut de forme tout aussi abîmé est la tenue préférée du criminel connu en tant que Monsieur Sam.  Le costume est agrémenté de plumes, d’ossement et de bijoux, autant des vrais que des petites bagues trouvées dans des magasins à un dollar.  Son visage est couvert d’un masque ressemblant à un crâne ivoire.  Enfin, Monsieur Sam se promène avec une canne, bricolée ou volée, on ne sait pas trop, qui peut aussi servir de taser.  Il se balade avec une canette de fixatif et un ou deux briquets.
Description :
En gros, Monsieur Sam a l’habilité de creuser des tombes.  Ce n’est pas une blague : il n’a qu’à se concentrer sur une personne ou un animal, mort ou vivant, et soudainement une fosse de six pieds se creusera sous les pieds de sa victime.  La terre disparaît magiquement et ne réapparaît nulle part.  Toutefois, il préfère se donner un style quand il utilise son don, et fait deux coups de canne à chaque fois qu’il s’apprête à utiliser son pouvoir, comme si c’était ça qui faisait le vrai travail.  

Il ne décide pas de la profondeur de la fosse, mais la longueur et la largeur s’adaptent à la taille de la victime.  Mais le trou sera toujours de maximum six pieds.  Il peut donc facilement faire tomber quelqu’un du deuxième étage.  Mieux encore, il peut utiliser son pouvoir sur n’importe quel sol et le don fonctionne aussi sur les murs : il suffit qu’une personne s’y colle le dos pour que ça marche.  Il ne peut faire qu’une personne à la fois, et le don a un temps de recharge de deux minutes.  Il peut quand même faire cinq tombes d’affilée rapidement, mais alors le temps de recharge remonte à 10 minutes et ça l’épuise beaucoup.  Il ne peut pas creuser une tombe sans qu’il n’y ait personne au-dessus du point qu’il aimerait utiliser.


Présent

Barbaré profite de Tokyo pour tout recommencer et pour repartir du meilleur pied, c’est-à-dire faire ce qu’il lui plaît.  Certes, il est pas con, il doit aussi gagner un peu d'argent: il pratique donc ses habiletés de pick pocket et de vol en général, et sinon, il aime bien faire croire les gens que c’est toujours un chauffeur de taxi.  Bien évidemment, il modèle son mode de vie selon la charte de la Ligue des Super Best Friends :

- Là où tu poseras pied, tu sèmeras le mal.
- Tu ne dévoileras point ton vrai nom et ceux de tes camarades lors de tes méfaits.
- Si l'on te prend sur le fait, tu nieras toute accusation.
- Tu porteras toujours assistance à un frère en danger.
- Tu ne respecteras point les forces de l'ordre.
- Les aînés et les enfants ne seront pas épargnés.
- Tu satisferas tous tes désirs.
- Tu ne respecteras point la liberté d'autrui.
- Tu entraîneras le peuple dans les tréfonds de la corruption.
- Les Super Best Friends seront unis jusqu'à la mort.
Histoire

Il avait essayé.  Il avait fait de son mieux toute sa vie.  Il avait tenté du mieux qu’il pouvait d’accomplir tout ce qu’on attendait de lui.  Il s’était soumis et avait accepté le jeu, pensant qu’il finirait bien par trouver ce qu’il y avait de drôle dans tout ça et de si grandiose pour que tout le monde s’attende à ce qu’il accepte ce qu’on lui propose.  Mais il n’avait jamais trouvé.

Et à un moment donné, Barbaré Sam en a eu assez.

Il ne supportait plus que cette vie de…cette vie de merde bon!  Il lui semblait que de tous les bords, on l’emmerdait.  À part peut-être sa blonde, ou pourrait-on dire maintenant son ex-blonde, tout y passait : ses clients qui ne parlaient que de leur pomme et qui se permettaient de le conseiller parce qu’ils se pensaient plus intelligents, son voisin du bas avec ses foutus poulets qui chiaient partout, son patron de la compagnie de taxi qui devait se branler à l’idée de l’engueuler encore et encore, la propriétaire du bloc d’appartement qui était toujours sur son dos mais qui pardonnait toujours le foutu voisin du bas, le vieux du bar qui l’interpellait toujours «Si ce n’est pas le petit Barbie!» qui se prenait pour un vieux moine qui ne jure que par son temps, tous ceux qui lui branlent ses petites dettes sous le nez et pour finir, avec la pire de toutes, sa mère.  Pourtant, elle a tout fait pour son bien avec la plus grande tendresse, mille fois plus quand le père a quitté la maison, et peut-être même la Nouvelle-Orléans, pour ne plus jamais revenir.  Ils n’étaient pas bien riches, mais sa mère a vraiment tout fait pour que son fils ait une bonne vie.  Ce qu’elle voulait plus que tout, c’est que son bon petit garçon responsable ait une bonne éducation, un bon travail, une belle petite famille avec des enfants et qu’il vienne la voir le plus souvent possible.  

Barbaré, lui, ne désirait pas tout ça.  Il voulait juste du fric à dépenser dans tout ce qui est consommable et du plaisir.  Il a quand même exaucé le souhait de sa mère même si ce n’était pas avec joie et avec beaucoup de difficultés.  À seize ans, il a découvert son pouvoir comme tant d’autres, mais il ne pouvait pas l’utiliser souvent, car elle lui disait toujours avec sa petite voix inquiète et fragile «Attention, tu pourrais blesser quelqu’un.».  Alors, il a conservé son excitation et son sentiment de puissance pour lui, même si bien d’autres personnes avaient des dons plus forts que le sien.  

C’est tout de même grâce à elle s’il s’est trouvé un boulot dans une compagnie de taxi.  Il parvenait quand même avoir un petit contrôle de ce qu’il voulait en cachette.  Sa petite amie par exemple, Brigitte, était tout aussi infidèle que lui, mais ça leur ne faisait ni chaud ni froid et ils s’appréciaient quand même.  Quand il est parti en appartement avec elle, il a cru qu’il pourrait faire enfin ce qu’il veut, puisqu’il n’était pas sous la douce surveillance de sa maman.  Un mois et demi plus tard, Barbaré et Brigitte ont dû commencer à planifier l’aménagement de Madame Sam chez eux, car elle n’était plus capable de prendre soin d’elle et se laissait mourir de solitude.  Toutes les choses qui scandaliseraient sa mère devaient être fait subtilement ou en cachette, et ça le frustrait un peu.  Beaucoup à la longue, car maintenant qu’il pouvait enfin se lâcher un peu, elle revenait dans le portrait avec son sourire tendre et amoureux, aussi étouffant qu’une laisse.  En plus de tout ce qu’on a énuméré au début, inutile de dire que pendant longtemps, Barbaré était un homme frustré.  Même quand il a finalement décidé, à 34 ans, de mettre sa mère dans un centre d’hébergement, ce sentiment ne l’a pas quitté, car sa mère, dans toute sa tendresse et son innocence, le faisait sentir coupable de lui cacher qu’il n’était pas tout à fait un ange.   Sa pauvre mère qui avait travaillé fort pour lui et qui l’avait priorisé avant elle-même et sa santé…c’est probablement ça qui l’a tué à petit feu au fond.  Dès que son mari était parti, elle a dû développer une peur maladive qui ne l’a jamais quitté.  

Quand elle rendit son dernier souffle, ce fût une sorte de libération pour Barbaré, surtout quand il vit le montant d’argent qu’il hérita sur le coup.  C’était son moment à lui, ou devrait-on dire son argent à lui, et il ne voulait pas le partager avec personne.  Il commença par se séparer de Brigitte, se disait qu’il pourrait payer ses besoins sans elle.  Cela étant, il s’est juste mis à dépenser aveuglément.  Il se sentait riche.  Il se sentait important.  Il arrivait au travail en complet avant de se faire sortir de là pour qu’il ait se changer.  Il mangeait tout le temps au restaurant.  Il pouvait montrer aux autres qu’il n’était pas qu’un petit chauffeur de taxi.  

Vous vous souvenez des petites dettes?  Eh bien elles sont vite devenues de grosses dettes.  Tellement que notre soi-disant riche héritier était désespéré.  Autant pour ses biens qu’il risquait de perdre et sa fierté, la raison même pour laquelle il refusait toute aide.  Il voulait se sortir de là seul, et il l’a fait, en assassinant la source du problème, une personne à la fois.  La première fois, il se demandait s’il ne regrettait pas son choix d’action, parce que vous savez, le meurtre c’est mal et tout ça.  En continuant, il a vite compris que non, il ne regrettait rien.  Ça l’excitait, cela lui rappelait la satisfaction qu’il ressentait à chaque fois qu’il s’achetait un nouveau complet, et c’était si facile!  Oui, il fallait cacher les cadavres et effacer toutes preuves, mais à côté des procédures humiliantes que tous les endettés devaient faire, ce n’était rien.  Même qu’il a continué à tuer tout ceux qui l’emmerdait trop : son patron, la propriétaire du bloc, le vieil homme du bar du coin, les poulets du voisin…qui les regretteraient?  

C’était ainsi qu’il montrait sa puissance dans le temps: en tuant, en volant, en se couvrant de luxe et en prenant plein d’autres risques excitants comme naviguer sur le dark web.  C’est là d’ailleurs qu’il s’est lié amitié avec ses potes d’aujourd’hui.  C’est assez excitant, pense-t-il encore ces derniers temps, de se tenir ensemble à Tokyo pour semer le chaos, laissant nos anciennes vies derrière…

…sauf pour le taxi de Barbaré.  Il a trouvé le moyen de le voler pour arriver à Tokyo avec.
Joueur

Pseudo : Captain’ Gab
Fiche joueur : ...
Commentaire : ...

Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 89



Voir le profil de l'utilisateur
Lun 28 Mai - 21:57
Bonsoir Barbaré !

Je m'occupe ce soir de ta fiche et, je m'excuse pour le petit délais ! >_<

Dans son ensemble, ta fiche est bien écrite et parfaitement apte à la validation. Je me permet quand même de faire un petit tour des points que j'apprécie particulièrement dans ton personnage. Déjà le mec, il se prend pour un coach de séduction, ce détail est juste hilarant et, pour le peu que tu l'utilises en RP, je sens que je vais bien me marrer ! J'aime beaucoup la personnalité de Sam car elle est très authentique. Il veut attirer l’œil, il veut qu'on l'admire et qu'on le flatte. C'est un peu ce que beaucoup d'êtres humains cherchent... C'est tellement humain. Son pouvoir a une certaine classe, notamment à cause de la tenue qu'il porte, mais surtout à cause du truc avec la canne. Je pense que beaucoup de Héros se planteront en pensant qu'il s'agit d'un pouvoir lié à la canne (artefact ?). Et le taxi qui va jusqu'au Japon... Ok ! D:

Le seul "petit dommage" est que Barbaré soit Américain et, qu'il n'y a pas de passage sur ses impressions vis à vis de la disparition d'une partie de l'Amérique. Mais en soit, peut-être que Barbaré Sam en a juste rien à faire. Je pense que c'est possible, vu l'animal.


Bienvenu sur le forum, j'espère qu'il te plaira ! Et au besoin, n'hésite pas à me contacter !

Fiche validée.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Super Best Friends : Barbaré Sam - Criminel [Validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Super Moto de Bilstain.
» René Civil devant le tribunal criminel
» cake super facile
» Nouveau super pack de clan !

Until Dawn :: Characters :: Fiches :: Fiches personnagesSauter vers: