UNTIL DAWN

 

 :: Characters :: Fiches Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Привет Sweetie = ) [Sacha Revmira, En cours]




Fiche : ....

Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 15



Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Mar - 21:01
Nom & Prénom
Race : Humain, aux dernières nouvelles.
   Sexe : On est quel jour ? Disons la plupart du temps Masculin.
   Âge : 26 ans
   Anniversaire : 23 Juillet 1992
   Nationalité : Russe
   Classe sociale : Au-dessus de la moyenne ( Le crime ne paie pas ?)
   Groupe : Criminel
   Métier : "Nettoyeur"/Gérant d'un Pawn Shop à Akihabara
   Sexualité : Pan ?
   Loisirs : Manger du Chocolat. Boire. Lire des Mangas et glander dans Akihabara. Et n'oublions pas son amour de la coutellerie.  
   Pseudo sur Kaibyou : S1nn3r=)
   Particularité : Troll de niveau 9. Cynique et joueur. Se la joue amant dévergondé, mais est plus proche de la lycéenne en fleur. Problèmes d'empathie et d'expression de ses émotions. Sadique, mais bien plus masochiste. Règle ses ennuis de façon expéditive. Fumeur compulsif.
   Avatar : Chara, Undertale
Mental















   
Physique

   
*Sacha, est un être humain mesurant un mètre soixante-treize. Ce dernier à les yeux rouges souligner par les cernes de celui qui passe ses nuits debout et des cheveux châtains, qui il ne retouche pas leurs longueur arrivent presque en bas de son cou dans une coupe assez basique, presque désordonné. Son visage est fin et sans imperfection, et totalement androgyne, ne laissant pas deviner son sexe du moment. Sa peau est pâle malgré le fais que ses joues aient tendances à être plus colorées. Sa carrure et la largeur de ses épaules est assez fine en soit. Ce n'est pas une brindille, mais on en est pas loin.Sa version féminine ne change pas grand-chose à part l'apparition d'une légère poitrine, là encore la taille de cette dernière dépend de ses envies, mais on en l'as jamais vu dépasser le bonnet C,si cette question vous intéresse vraiment. Sacha porte le plus souvent des habits assez basiques. Pulls à cols roulés, T-shirt, veste, sweat, jeans, basket, Doc Martin's. Rien qui ne sorte de l'ordinaire, le plus souvent confortable et pratique avant d'être esthétique. Pour ce qui est des choses qui ne peuvent pas se voir au premier coup d’œil ( a moins de le surprendre à la sortie de sa douche) son dos est criblé de diverses cicatrices, toutes des entailles, et ses bras en sont recouverts, cause d'auto-mutilation lui servant à garder le contrôle. Il à aussi trois cicatrices du aux blessures par balles à l'avant. Une à l'épaule droite, une au dessus du genoux gauche et enfin une au niveau des côtes, sur la droite. De plus malgré sa carrure et sa largeur d'épaule presque inexistante, Sacha possède du muscle sous ses airs de gringalet, et ce qu'importe le sexe d'ailleurs.   
Dreemurr
Nom du Pouvoir : DETERMINATION
   Nature du Pouvoir : Don
   Costume :  Sur l'image à droite, seule la capuche et le masque sont importants, les habits eux changeants selon les  circonstances. Le masque est résistant, fait en PVC avec une doublure en Kevlar et intègre un vocodeur, modifiant la voix de Sachant quand ce dernier le porte. La capuche fais partie du masque est elle aussi  doublée en Kevlar.
   Description :

La Détermination est le nom donner au pouvoir de Sacha.Oui je sais ça n'avance à rien. Plus concrètement Sacha est capable de matérialiser une énergie rouge qu'il peut ensuite modeler selon ses désirs. Cela va de la forme la plus basique au plus complexes ( du simple mur à par exemple un pistolet.). Plus la forme est simple plus cela se fait rapidement. A vrai dire, la forme favorite de Sacha, de bêtes couteaux de cuisines, se forment pour un œil humain lambda, de façon instantanée. Il est capable de faire se matérialiser ses formes et cette énergie dans un rayon de cinq mètre autour de lui.Qui plus est il à en le contrôle total, les maniant avec son esprit, pouvant ainsi les faire flotter et se déplacer dans les airs, ou les projeter. Il n'est pas, en théorie limitée dans la forme, le nombre et la taille d'objets qu'il matérialise avec sa détermination. Cependant, plus l'objet est gros ou complexe, moins il peut en faire apparaître à la fois.

Mais DETERMINATION est un nom trompeur. Car cette énergie qui coule dans ses veines, n'est pas de la détermination ou une matérialisation de sa volontés. En réalité il s'agit de violence pure. D'envie et besoin de meurtre, de faire du mal aux autres. Et cela à une influence plus que néfaste sur sa psyché. Tout ses penchants violents et morbides viennent de son pouvoir. Bon et de son histoire bien sûr. En plus de cet impact sur son mental, l'utilisation trop intensive de son pouvoir est dangereux pour lui comme les autres.

Cela va de façon graduelle. Il commence par perdre le contrôle de sa soif de sang. Puis les manifestations physiques se font voir. Les sclères de ses yeux devient noir, ses pupilles se mettent à briller. Puis le noir déborde et coule sur son visage. Puis c'est sa bouche qui se met à faire couler sans retenue cette matière noire. Puis son visage commence à se déformer et à fondre. Le stade final fais de lui une créature fais de "DETERMINATION", muée par la simple besoin de tuer et faire souffrir. De plus plus la "corruption" avance, plus les formes crées deviennent grossière, perdent en puissance de frappe et en résistance, mais plus il peux en faire d'un coup et plus sa zone de création augmente.

Nom du Pouvoir : Heart Locket
Nature du Pouvoir : Artefact
Description :
Il s'agit d'un petit collier en forme de coeur, semblant être en or et pouvant s'ouvrir, même Sacha n'as jamais réussit à l'ouvrir pour savoir ce qu'il contient. Cependant c'est un objet qu'il à depuis sa naissance à en croire l'Orphelinat, et qu'il ne quitte jamais. Et ce dernier est charger de pouvoir.

Tant que Sacha le garde sur lui, il est capable de changer de sexe à volonté et sans limite. Il est aussi capable de modifier légèrement son apparence ( couleur des yeux, des cheveux, longueur de ses derniers et des détails comme cacher ses cicatrices, avoir des abdos prononcer, paraître plus vieux ou plus jeune.). Certains changements d'apparence ne sont pas définitif, comme la couleur des yeux et des cheveux, le fait de cacher ses cicatrices ou le fait de sembler plus jeune ou plus vieux.Ils durent jusqu'à ce qu'il s'endorme, perde connaissance ou ne soit plus assez concentré ( par exemple si la détermination commence à prendre le dessus sur lui.) Cependant son sexe et la longueur de ses cheveux eux, ne se modifient que selon sa volonté.



   
Présent

   
"Je suis arrivé y'as deux mois à Tokyo, après avoir fuis la Russie suites à des problèmes d'ordres... Diplomatiques ? J'ai passer un peu de temps à aller d'hôtel en hôtel le temps de me trouver un job, une couverture. Puis j'ai vu ce vieux Pawn shop sur le point de fermer à Akihabara, le proprio partait enfin à la retraite et cherchait à revendre la boutique pour se payer des vacances de luxe à Hawaï ou Okinawa avec sa femme. Le vieux bougre l'as bien mériter. La boutique est assez bien placer dans le quartier, jolie et bien entretenue. Il à pas du prendre beaucoup de vacances. Alors je lui ai rachetée, ça me ferait une couverture idéal, en plus de me permettre de diversifier mon business, en faisant de la contrebande. Donc voilà un mois que la boutique est ouverte et que ma routine consiste à boire, manger, jouer et traîner dans le quartier. Je passe mes pulsions sur moi-même pour pas me faire remarquer par les mauvaises personnes et je m'attelle à me faire un nom, histoire de pouvoir reprendre l'activité de Nettoyeur. C'est ce que je fais le mieux, et surtout j'en ai besoin. Physiquement parlant. Mais mon nom devrais commencer à se faire entendre après mon premier contrat, la semaine dernière. J'ai vu une rixe entre deux bandes rivales. Je suis aller après coup les démarchée toute les deux. L'une m'as jeter comme un Témoin de Jéhovah. L'autre m'as bien payé, et maintenant n'as plus de problème de territoire. Cela m'as VRAIMENT fais du bien.En plus mon appart' est un grand truc au-dessus de la boutique, ça appartenait aussi au Papy, mais maintenant il retourne dans la maison familiale. J'suis pénard quoi.

J'ai pas de vrai but sur le très long terme. Si ce n'est me faire un nom dans le milieu tout en restant hors des radars de la mafia Russe et me trouver quelqu'un pour bosser à la boutique le matin. Disons que mes cuites et mes nuits blanches ne m'aident pas à me lever tôt. Et puis je me prépare pour faire un jour la peau de Viktor, j'aime pas les dossiers en souffrance. Voilà Voilà, rien de passionnant en vrai je dois avouer. J'vais voir ce que Tokyo me réserve !

Histoire
*Un vieil hangar, sur les quais de Tokyo. Plus rien de légal ne se passe dans cet endroit depuis bien longtemps. Il à servit de base, de stockage et tout un tas d'autres trucs à de nombreux gangs et autres clans yakuzas au fil des décennies. Mais aujourd'hui, en cet instant précis, la seule chose qui y règne est une odeur de poudre et de sang. Assis sur une caisse, en hauteur prés d'autres caisses contenant drogues et armes de contrebande, se trouve une personne.  Son visage n'est pas visible à cause d'un masque noir qui arbore un smiley rouge sang. Sa voix semble modifier par un vocodeur, sans doute intégrer à son masque. *

"Encore une journée  de plus. Vous étiez combien ? Dix ? Quinze ? De toute façon j'ai pas compter. Je vois la colère dans tes yeux, tu m'accuse, tu m'hurle "pourquoi ?!". C'est simple, c'est ce que je sais faire le mieux. Tuer. Et plus qu'une capacité, c'est devenu avec le temps, un besoin.   Enfin le temps et le "cadeau'" de la faille. Surtout le cadeau. Et pourquoi j'en parle à un cadavre ? Sans doute car je suis seul ici. Je ne connaît pas les règles de ce pays. Ni personne. Alors maintenant que t'est crever, je peux bien te déballer mon sac non ?

Je suis né un 23 Juillet, en 1992. A Moscou. Et putain que cet implant est pratique. Sinon je serais bien infoutu de comprendre la langue de ce pays. Donc voilà. Je suis né, et j'ignore si mes parents biologiques sont morts ou m'ont abandonner. J'avais rien  de spécial, la faille n'avais pas encore foutue la merde dans le monde. La seule chose que j'ai d'eux c'est un collier en or en forme de cœur. Que je n'ai jamais réussis à ouvrir, j'ai pas vraiment envie de l'ouvrir de toute façon. Et je peux dire que j'ai eu de la chance. Car celui qui m'as recueillis c'est Dimitri.

Dimitri, c'était le Big Boss ultime de la Братва. La Bravta. La Mafia Russe. C'est un truc assez particuliers. En gros, ce n'est pas aussi structuré que les Yakuzas, tout en l'étant encore plus. Pour faire simples, toutes les familles vouent allégeance à la famille qui à le pouvoir. Toutes ses familles se composent de groupes de 4 à 5 individus indépendant, mais suivant quand même les grands principes de la Bravta et des familles auxquels ils appartiennent. Cette structure protège la tête pensante, car même si quelqu'un tombe et que c'est une balance, il fera au mieux tomber un groupe, au pire une famille. Mais la tête pensante reste protégée.


Et donc c'est lui qui ma trouver gosse, dans une ruelle enneigée de Moscou. Il m'as adopter comme son fils biologique. Sa femme était morte, et avec tout espoir pour lui à l'époque d'avoir un héritier. Il ne restait que son neveu qui venais de naître. J'avais donc une famille, mais Père n'était pas un papa poule pour autant. Enfin, il faisait genre. "

*Sacha ricane. Si il n'avais pas un vocodeur, on aurait pu deviner un rire innocent, celui de quelqu'un se rappelant d’agréable souvenir d'enfance.*

"Ainsi, il voulais que je sois quelqu'un, que je sois utile à la Братва. Dés mes quatre ans, il m'envoyais dehors pour que je vole, je mendie ou transporte de la drogue pour lui. Pas comme une mule je vous rassure. Juste que personne ne soupçonnerais un gosse de 4 ans de cacher deux kilos de cocaïnes dans ses poches.  Et quand je réussissait ce qu'il me demandait, il m'offrait une tablette de chocolat ! Le meilleur aliment de cette planète !

Puis la Faille est apparue, rasant l'Amérique du Sud. A la fois une bénédiction et une malédiction pour le marché de la cocaïne. Les cartels n'étaient plus un problèmes, mais les plus gros producteurs mondiaux on aussi été rayé de la carte. Dimitri à donc commencer à acheter des hangars qu'il à transformer en serres et labos pour fabriquer notre propre Coca ! Et pour moi ça à été une transformation , au sens propre du terme.

Le collier que je tenais de mes géniteurs, il devait être ancien, car il possède des pouvoirs. Pour faire simple, il me permet de changer littéralement de sexe et de modifier légèrement mon apparence. Quand j'ai montrer ça à Père, j'ai bien cru qu'il allais faire un arrêt, mais au final, pour lui ça ne changeais rien. Puis disons le, pour faire les poches, on se méfie moins d'une petite fille que d'un gamin. Idem pour la manche, une gamine, ça apitoie plus.


Donc j'ai continuer à faire ce que Père voulais. Et tout ce passais bien. Puis le vraie don de la faille s'est manifester en moi... Au meilleur moment je dois dire, mais ça m'as changer à jamais. Entre les familles de la Братва, c'est une succession de guerre, et la Mafia Russe, est extrêmement violente.

Depuis quelques temps, j'avais des pulsions qu'un/une gosse de six ans ne devraient pas avoir. Des pulsions de violences brute. Mais je me retenais, ça me faisait peur. J'avais peur que Père n'approuve pas. Et puis ça à dégénérer.

Quelques jours avant ça, je m'était pris la tête avec un groupe d'une autre famille. Ils empiétaient sur notre territoire, et Père m'avais dit de me méfier d'eux. La Bravta devenait instable suite à l’apparition des pouvoirs. Les guerres de pouvoirs se faisaient de plus en plus fréquentes et violentes, même pour un Russe. Et ils m'ont bousculer, par hasard, dans la rue. Avec toute cette violence qui grouillaient en moi j'ai frapper les burnes de l'un deux avant de m'enfuir. Plusieurs jours après ils m'ont retrouver et surtout ils avaient appris que j’étais l'enfant de Dimitri. Ils comptaient me tabasser puis faire chanter Père avant de me tuer. Si je suis là à parler à ton cadavre , c'est que cela ne s'est pas passer comme prévu, tu t'en doute.

Ils m'ont mis la main dessus, traîner dans une ruelle et commencer à me tabasser. La douleur de chaque coup me procurait des frissons de plaisir, et ce qui grouillait sous ma peau s'agitait de plus en plus. Puis un coup de pied plus fort que les autres au visage m'éclata l'arcade. Le liquide rouge se mit à couler. Et là, j'ai perdu le contrôle. J'ai rit. Dieu que j'ai rit. Je voyais le monde en nuances de rouges et de noir. J'ai vu ses petites frappes s'éloigner de moi, l'air terroriser, je ne comprenais pas pourquoi, mais qu'importe sur le moment. J'étais heureux, si heureux, euphorique. Je ne sentais plus rien grouiller sous ma peau et tenter de la déchirer pour sortir. Une délivrance. Sans pouvoir arrêter de rire, j'ai tendue la main vers un de ses déchets.

Aussitôt des piques d'une étrange manière rouge et brillante ont jaillis du sol et transpercer de toutes part ! C'était tellement jouissif à voir ! Puis les trois autres ont pris la fuite, je me suis sentit contrarié, alors j'ai de nouveaux tendu la main vers eux et de nombreux couteaux sont venus les transpercer. Puis j'ai entendu une voix familière me gronder, et enfin le noir complet.

Je me réveille sur un canapé, dans le bureau de Père. Il est en pleine discussion avec Gregory. Je t'ai pas présenter Greg' ? Merde ! Honte sur moi. Gregory c'est le meilleur ami de Père, son BFF. Ils ont fait l'armée ensemble. Ils étaient dans les Спецназ. Les Spetnaz. Les forces spéciales, les commandos quoi. C'est un peu mon oncle quoi. Quand j'émerge, ils m'accueillent avec un sourire, et me félicitent. Je suis paniqué, car je n'ai rien contrôler, et tuer des gens, et que ça va attirer des ennuis à Père. Ils me rassurent, ils vont m'apprendre à me contrôler, à contrôler ce don, et le rendre utile à la famille. Je suis aux anges, je vais pouvoir rendre Père encore plus fier.

Putain cette innocence me manque tellement... Toi aussi je suppose. Les temps bénis où le simple sourire d'un être cher rendait nos jours merveilleux. Un simple compliment nous rendaient plus heureux que l'être le plus riche de la planète ne le serait jamais. "

*Sacha pousse un long soupire. Il à presque l'air nostalgique et déprimer, difficile de savoir avec cette voix trafiquée. Il lève la tête vers le toit, troué et calciner du hangar, contemplant les étoiles.*

"Si pour revenir à cette époque bénie, je devais détruire le monde, je le ferais sans hésiter une seule seconde. Mais passons ma crise de mélancolie veux-tu ? A partir de ce jour... J'ai morfler mais sévère, mais dans le bon sens du terme. Gregory à pris mon entraînement en main personnellement, m'apprenant tout ce qu'il avais appris chez les Spetnaz et durant sa vie de Mafieux pour faire de moi une machine à tuer efficace.Et je dois avouer que je devais être destiné à ce genre de truc, car je m'en suis très vite sortit à merveille. Sans compter que ça me permettait de calmer mes pulsions et cette violence qui grouillait sous ma peau, hurlant pour sortir et tuer tout ce qui bouge.

L'entraînement était vraiment hardcore. Des marathons de vingt kilomètres avec le double de mon poids sur le dos pour s'échauffer. Des pompes sur les poings à même le béton à n'en plus sentir mes membres supérieurs.  Apprendre à tirer sur des ennemis de la famille ligoté pour tuer mes repères moraux dans l’œuf.  Puis après lâcher dans un hangar. Combat à mains nues. Avec toutes sortes de lames, escalades sans sécurité. Tout y est passer pour faire de moi un monstre. Et malgré ça l'affection que j'avais pour Gregory et Dimitri ne s'est pas tari un seul instant. Car à mes yeux tout ça c'était pour mon bien, et pour le bien de la famille. Et cela m'as vraiment fait du bien, j'ai appris à maîtriser mon don, à voir ses limites, et à affiner mes créations, tout en me rendant amplement capable de m'en sortir sans. Dix ans plus tard, Gregory à estimer qu'il m'avais appris tout ce qu'il pouvais m'apprendre et que j’étais prêt. Enfin prêt à rendre Père fier. Et crois-moi, il l'as été.


A peine sortit de cette décennie infernale, qu'une autre allait commencer.Mais cette fois, j'étais celui qui allais faire vivre l'enfer à d'autres. Crois durant dix ans, j'ai appris plus à tuer une personne de plus d'une centaine de façon, et pareil à me débarrasser des cadavres avec tout ce qui me passe sous la main, avec ou sans temps devant moi. Gregory avais fait de moi un putain de nettoyeur. Alors Père m'as présenter mes trois associés, avec qui j'allais former un groupe au service de la famille, de la Bravta et de Père. Et crois moi, les quatre cavaliers de l'Apocalypse, c'était nous putain !


*Sacha se lève, sa voix gagnait en force et il en ressortait une euphorie malsaine.*

"Y'avais mon beau Lyokha ! Le cerveau du groupe ! Il servais d'intermédiaire entre Père et nous, et c'est lui qui mettait au point les plans pour nos opérations. Si t'avais besoin d'info sur quelqu'un ou quelque chose, même pas vingt-quatre heures plus tard, il te ramenais sa biographie ! Un putain de génie, en plus d'être beau comme un Dieu. Et putain de doué au pieu. C'était un peu mon garde-fou, Père l'avais briefer sur les inconvénients de mon pouvoir, pour éviter que ça ne dérape. Mais avec son niveau de planification avant chaque mission, c'était quasiment impossible. Lyo était Technopathe. Il pouvais manier toute machine du moment qu'elle avais un peu d'électricité en elle. Pas étonnant qu'il obtenais ce qu'il voulais, pas besoin de hacker quand tu commande aux machines.

Venais ensuite Oleg. Ce mec avais fait des études de banquier, et la banque de son père appartenais à la famille. Avec la Bravta il nous aidait à blanchir le pognon. Avec lui à nos côtés, on roulais sur l'or littéralement. T'as besoin de cash; tu sais qui appeler. Sans compter que c'était un usurier de talent. Et sans aucune foutue pitié quand on parle de fric. Il aurais pu finir politique, c'est moi qui te le dit. Notre banquier en chef pouvais se fondre dans la matière. T'imagine même pas le nombre de fois où il nous à fais sursauter, avec sa tête qui se met à sortir du plafond pour nous râler dessus, car les conneries qu'on avais en tête étaient, je cite " Trop coûteuse, et absolument pas rentable.". Plus sérieux tu crève.

Puis on à Seraphon. Chauffeur et mécano attitré. Ce mec pouvais te semer les BMW des flics avec un scooter. En plus de conduire comme un Dieu, ou un grand malade, question de points de vues, il connaissait la ville comme sa foutue poche, un GPS vivant. Sauf que son cerveau,tu peux pas le traquer par satellite. Toujours là pour nous extraire des situations merdiques. Un mec sur qui on pouvais compter. Séraphon pouvais créer des zones de gravité zéro. En général c'était le garage où il flottais pour trafiquer les bagnoles. Et en cas de courses poursuites, ça faisait son effet quand les caisses des mecs qui nous veulent la peau perdent leurs vitesses pour flotter de façon aléatoire.


Enfin, la demoiselle à temps plein du groupe. Jamais croiser une nana aussi cinglée. Nikita. Cette meuf était à la fois ingénieur et chimiste. Physicienne à l'heure du goûter pour tuer le temps. Mais surtout, le meilleur passeur qui n'ai jamais vécu. Elle pourrais te faire sortir une bombe Tsar des réserves de l'armée russe sans problème. Quand tu voulais un truc, c'était à elle qu'il fallait s'adresser. Elle te l'obtenais sans problème. Puis après elle te le bidouillais pour en faire un engin de mort. Complétement obsédée par les armes en tout genre. Mais surtout les explosifs. Et son pouvoir l'aidait. Elle possédait une compréhension innée et complète du fonctionnement de n'importe quel système. Mc Guyver, c'est Bob le le bricoleur à côté d'elle. C'est ma chère Nikita qui à conçue le costume que je porte. C'est un souvenir précieux à mes yeux. Tu comprend maintenant pourquoi j'ai démembrer ton pote avant de l'étrangler avec ses tripes quand une de ses balles à érafler la peinture.


Enfin c'était ma troupe de grand malade. Moi dans le tas ? Les opérations sur le terrain. Nettoyer. Tuer des gens, faire disparaître des cadavres. C'est ça ma spécialité. Enfin tu t'en est rendu compte hein. Vous n'êtes que des poussins face à moi. Je dis pas que je suis invincible, il existe un nombre incalculable de personnes qui pourraient m'éclater sans problèmes. Mais pas vous. Avec vos capacités minables et vos pouvoirs de merdes sans lesquels nous n'êtes plus rien. C'est ce qui fais de vous des merdes : sans vos pouvoirs vous n'êtes plus rien.

Donc voilà, avec cette bandes de crétins, on à foutue une merde sans nom dans Moscou tout en s'en foutant plein les poches. Si je devais te parler des cinq années qu'on à passée avant la Война ведьм, on y passerais des journées entières, et j't'avoue que j'ai pas super envie de passer des jours avec des corps qui pourrissent. En plus on m'as pas payé pour faire disparaître vos corps. Le commanditaire veux que ce soit visible. Moi j'm'en tamponne du moment que je peux me défouler et gagner un max de fric. Passons. Je vais quand même te raconter une paire de truc, que tu te sente pas biaisé dans ton écoute post-mortem. Oui je sais, je suis un Dieu généreux.


Par où commencer..."

*Sacha se grattais le crâne par-dessus sa capuche. Un corbeau entra dans le hangar, poussa son cri avant de commencer à arracher le globe oculaire d'un des cadavre.*

"Je sais ! Chaque groupes avais un surnom. Un titre. Qui se gagnait. Le nôtre c'était Nochnyye ved'my ! Soit Night Witches ! On l'as obtenu grâce à une suite d'opération coup de poing mener de façon rapides et directe, et ce sans se faire avoir. Père nous à baptiser ainsi ! Car bon les mecs sur place, ils étaient mort, dur de donner un surnom à quelqu'un quand on est mort.

Donc, l'opération en question. Le groupe avais quoi, moins d'un an à l'époque ? Mais Père avais déjà une confiance aveugle en nôtre loyauté et en nos compétences ! Nous n'avions encore connus aucun échec ! Bon je dis pas, parfois ça à déraper...  Donc ouais.

Il nous avait confier une putain de mission ! S'occuper d'un Parlementaire carrément ! Il vivait planquer dans un hôtel privé, surveiller par des gardes du corps nuit et jour ! Il était ainsi planquer et protéger car il influençais l'opinion afin de durcir la lutte anti-mafia et anti-corruption. Autant dire que la Bravta l'avais dans le collimateur. Fallait le flinguer. Coup de bol pour nous, sa récente popularité commençait à faire de l'ombre à d'autres politiques qui ont allonger les billets verts pour qu'on le crève. C'était disons-le clairement une mise à l'épreuve de la part de Père, et si on réussissait, une façon pour lui d'asseoir un peu plus sa domination sur les autres groupes.

Le contrat n'avais pas de date ou de temps limité. Mais le plus vite serais le mieux. On à quand même mis trois mois à mettre en place les préparatifs. On devais pas se louper sur ce coup. Déjà comme je suis l'agent de terrain, une erreur et je risquais d'y laisser ma peau. Et si on était pas assez prêt, la cible risquais de nous échapper, et pire on pourrais remonter jusqu'à nous. C'était vraiment un gros coup.  Pendant trois mois, Lyoh' à rassembler un maximum d'informations sur la cible, son entourage, ceux affecté à sa sécurité, déterminer où se trouvais l'hôtel, en trouver les plans. Les autres préparaient le matériel et les financements. Moi je planchais avec Lyoh' sur quoi faire et comment le faire. Et je partais en reconnaissance pour vérifier les différences avec les plans, connaître les lieux. On à jamais été aussi sérieux. On avais aussi jamais tenter un truc aussi couillu !


Et au début, ça semblais sans espoir. Genre essayer de se parachuter sur Fort Knox aurait été une meilleure idée, puis Lyoh à trouver le sujet parfait : Le chef d'équipe de nuit. La femme de ce dernier avais vu un cancer se déclarer y'as peu, et financièrement il était sur les rotules. Sans compter qu'il s’entendait très mal avec la cible qui passais ses nuits à faire chier ses gardes du corps et agents de sécurité de part sa charmante attitude à leurs égards et ses caprices. Et le fait qu'il ai refuser une augmentation à leurs chef pour aider à payer les soins de sa femme, à été très mal vu par l'équipe. La taupe idéale.

Alors on est entrer en contact avec lui. On lui à proposer une grosse somme d'argent au black, pour qu'il puisse soigner sa femme. En échange on avais besoin du plan d'accès, des horaires des équipes, les sécurités mises en places. Tout ses trucs là. Il fut plutôt réceptif. Alors on à pu mettre notre plan en marche. Il mettra de garde la nuit où on passerais à l'action tout ceux qu'il pouvais pas blairer de ses équipes, nous ouvrirais le garage et décamperais. Le reste, on s'en occupais.


Et putain on s'en est occuper. Nikita m'avais filer un sac entier d'explosif. Seraphon m'attendrais à un kilomètre de la planque sécurisée, et me déposerais à un kilomètre du garage de l'hôtel. Lyoh lui utiliserais sa Technopathie pour faire boucler les caméras et effacer tout les enregistrements et m'ouvrir les portes à accès magnétique de la planque sécurisée. Oleg lui avais fais sortir le pognon pour le chef de la sécurité. Et on avais surtout le plan de fuite d'urgence de la cible, qui irais se réfugier dans une planque sécurisée en cas d'attaque.


Jour J, Nuit N, Heure H et Temps T.
Seraphon me dépose. J'enfile le costume que m'avais confectionner Nikita. Celui que je porte en ce moment même. Je prend le sac d'explosif, fais un signe de tête à Seraphon qui décolle. Le plan était de semer la panique dans l'hôtel, enclenchant le plan d'évacuation et sécurisation de la cible. Je les filerais et élimerais tout le monde une fois dans la planque sécurisée dont on avais l'emplacement et les plans. L'argent ouvre même les portes blindées. De un ça donnerais l'illusion à la cible d'être en sécurité, occuperais une partie des gardes qui chercherais le terroriste et surtout, en terme d'impact c'était bien plus puissant. Montrant un bras bien plus long et un niveau de menace qu'il ne fallait pas négliger. Qu'en gros qu'importe combien tu était friqué et puissant, on déconne pas avec la Bravta.

Je marche mon kilomètre et vois notre taupe. Il m'ouvre le garage et se casse direct. Une fois à l'intérieur, je me fais discret pour le moment.  Deux gardes font leurs rondes en discutant. De quoi ? Rien de passionnant, ils parlaient des talents de la dernière charmante jeune femme qu'ils ont payé pour du bon temps. Aucun intérêt. Je me planque dérrière une camionnette et attend qu'ils soient passer.  La porte du garage souterrain ouverte les fais tiquer. J'en profite. Je surgit des ombres derrière eux. Dans mes mains apparaissent deux lames rouges que j'enfonce dans leurs gorges, coupant leurs jugulaires et leurs cordes vocales au passage. Une bonne chose de faîte. Ensuite je place des pains d'explosifs sur tout les piliers du garage et je m'arrache aussi sec.

Je prend de l'avance sur le trajet de la cible. Une fois à la limite de la portée du détonateur, j'envoie le feux d'artifices que je contemple depuis un toit. Putain. Si t'as jamais vu un bâtiment secouer par l'explosion de ses fondations, tu devrais le faire. Rien que d'y repenser j'en ai encore des frissons.

L'alarme résonne, des cris se font entendre. Deux minutes plus tard un fourgon blinder file à toutes vitesses vers la planque. Parfait. Je le prend en chasse sautant de toit en toit. J'entend la douce voix de Lyoh' dans mon oreillette qui me branche sur le talkie des gardes, me permettant de les suivre même si ils prennent un autre itinéraires ou changent de planque.  Tout se passe comme prévu. Merveilleux sentiment de toute puissance.

Les communications m'indiquent que le camion va se planquer dans une petite rue où la cible changera de camion, le premier repartira ensuite vers une autre direction. Mesure de sécurité au cas où ils soient suivis. Lyo' l'as entendu lui aussi et se met en recherche des communications de la seconde équipe. Moi j’accélère le pas pour ne pas perdre de vue le premier camion.

Ils finissent par ralentir après un virage serrer et s'enfoncent dans une allée. Je les rattrapent et les observent camouflé depuis un toit. Lyo' me branche sur les communications de l'équipe qui prendra le relais. Une fois l'échange fais, le premier camion repart aussi sec fonçant plein Est, s'éloignant de la localisation de la planque. Je prend mes appuies et me fais apparaître des ailes dans le dos, attendant le départ du camion, se dernier démarre tranquillement afin de ne pas se faire repérer. Des éons trop tard les mecs. Je décolle et me pose en douceur sur le toit du camion qui roule sans se presser, faisant de son mieux pour passer inaperçu.

Je reste silencieux et immobile sur le toit. Je garde mes ailes, prêt à décoller à l'approche de la planque. De nombreuses minutes avant qu'au loin soit visible un petit immeuble de trois étages, cerné des barbelé et de projecteur, les communications m'indiquent que c'est la planque. Je reprend mon envol et décolle de façon à quitter le camion hors de portée des rétroviseurs. Pour le moment tout se passe parfaitement.

Je vole vers la planque ensuite,évitant les projecteurs pour me poser sur le toit. La cible allais mettre à l'abri au sous-sol. Bien. Une fois sur le toit je fais disparaître mes ailes de Détermination et attend. J'attend le feu vert de Lyo' pour agir. ET OUI PLOT TWIST ! Je voulais pas te spoiler ça. Mais une partie du plan consistait , une fois la cible éloignée à envoyer plusieurs groupes s'en prendre à l'hôtel et autres planques que le chef de la sécurité nous avais indiqué. Chef de la sécurité qui à l'heure qu'il est était dans un avion pour la France avec une grosse mallette de biftons, où il pourrais refaire sa vie et soigner sa moitié. Comme quoi on est pas des monstres. Le plus drôle, c'est que tout les autres groupes étaient certains de tomber sur la cible et de se ramasser toute la gloire. Les cons. Ah Lyo', qu'est ce que je vais faire sans ton machiavélisme hein ? Sur les canaux, tous s'affolaient, toutes les planques étaient prises d'assaut, il n'y avais aucun autre endroit où sécuriser le Parlementaire. Alors ils se tenaient tous sur leurs gardes et l'enfermait dans une pièce sécurisée. En gros un mini-bunker.  Lyo' me donne le feu vert.

Je monte sur le rebord du toit et prend une grande inspiration. Cette odeur. La peur, le feu, le sang. L'adrénaline se met à couler dans mes veines. Enfin mon shoot. Un sourire se met à grandir sur mes lèvres tandis que je dégaine deux uzis de sous mon manteau et que je me laisse tomber tête la première vers le sol. J'ouvre mes yeux et dans un crie de joie me mets à ouvrir le feu en tournant sur moi-même, avant d'un salto me mettre pied vers le sol, faisant apparaître un matelas au sol qui amortit ma chute, me permettant de rebondir vers l'avant, arrosant une nouvelle fois la zone avant de me relever.

Je respire l'odeur dégager par mes canons fumant dans un soupire de satisfaction. Autour de moi, les six hommes armées qui montaient la garde à l'extérieur sont mort. Criblé de balles, le corps déformer par les balles et le visage par la surprise et la douleur. Merveilleux.

Je les entend à l'intérieur, ils s'agitent, le premier coup de feu ennemi. Je plonge sur le côté et canarde les fenêtres du premier étages. Des cries de douleurs m'indiquent que j'en ai bousiller une paire. Je me mets à l'abri dérrière le  camion blindé. Donc je crève les pneus au passage, question de sécurité. J'entend les balles heurter le véhicule. Je ferme les yeux, et me mets à ricaner. Dieu que c'est jouissif comme sensation. L'euphorie du combat. J'écoute les rafales.D'après les endroits qu'elles touchent et leurs cadences, ils sont cinq  à l'intérieur. Trois au centre et un à chaque extrémité. Un prés de la porte d'entrée, et l'autre sans doute près des escaliers menant à l'étage supérieur. Bien. Je sais déjà comment je vais agir. Je sort de mon manteau une grenade. Puis je fais une fronde de Détermination et relie un fil à la goupille de la grenade. Je fais doucement voler la fronde jusqu'au au-dessus du camion. D'après les tirs, ils ne l'ont pas remarquer. J'arme la fronde, ôte la goupille de la grenade d'un coup sec, et fais feu.  Un crie de douleur m'indique que le garde au milieu l'as reçu en plein front et.... BOOM ! Les hurlements me font comprendre que les trois du milieu sont crevé.

Je surgit alors de dérrière du camion et dans un salto passe par la fenêtre au centre, j’atterris et ouvre mes bras en croix avant de finir de vider mes chargeurs sur les deux restants. Je range mes Uzis. Plus de balle. Les bruits dans les escaliers. Les renforts des étages supérieurs m'arrivent dessus. Je me prépare.

Je prend la bonne posture, en bon appui sur mes jambes écarter.J'arme mon poing . Derrière moi et sur la gauche , un énorme poing de Détermination se forme. Ils arrivent, ils me voient, le temps qu'il prenne sa posture et tire, du bout du pied je propulse une des portes défoncée par la grenade pour me protéger des tirs et BLAM le point rouge frappe cette dernière et fonce avec elle sur le malheureux. Ses potes se jettent sur le côté tandis que lui finis écraser dans un hurlement et des bruits d'os briser contre le mur, qui se fissure sous l'impact, faisant de lui une bouillie d'os et de chair. Je profite de ne plus être dans leurs champs de visions pour bondir par la fenêtre. Je trace en restant baisser sous les fenêtres, ils sortent de leur planque et arrosent un couloir vide tandis que je saute au travers de la fenêtre près d'eux. Le premier reçoit mes deux genoux dans le visage. Son nez fait un bruit absolument merveilleux, tandis que je saisit l'arme du second,la lui arrachant des mains, puis prenant appuie sur le visage de son compère je lui saute à la gorge et frappe dans sa pomme d'Adam. Il s'effondre à terre, s'étouffant, tandis que son collègue essaie de se relever. Je l'en dissuade en écrasant sa nuque avec mon pied avant de la brisée d'un coup sec.

Me voilà riant sans retenue. Je prend mon pied. Dans mon euphorie, je ne fais pas attention à ce qui se passe autour de moi. Et ce qui devais arriver, arriva.

Je ne l'entend pas, je ne le vois pas arriver. Par contre je l'ai senti passer. Un putain de coup dans les côtes. Je valdingue à travers la fenêtre que je venais de traverser, roulant sur plusieurs mètres avant de me rattraper et de me redresser. Un imprévu. Y'en à toujours. Et ça rend le truc bien plus kiffant. Un gars avec un vrai pouvoir. Les mecs en face étaient entraînée, mais aucun n'avais de vraie pouvoir. J'entend par là rien qui leur serait utile au combat. Deux trois trucs utiles, visions dans le noir ce genre de délire. Mais rien qui n'aurait du me poser problème. Je me mit à rire de plus belle. De un car j'allais enfin m'amuser, et de deux en imaginant la tronche des autres blaireaux si ils tombaient eux aussi sur une surprise.

Devant moi , enjambant la fenêtre, se trouve un soldat. Il se met en garde et quatre gros poings fais d'air se forment autour de lui. Déjà mon cerveau fume. Je suis pas un génie du mal ou je sais pas quoi, mais là c'mon territoire. J'analyse sa posture, l'emplacement de ses poings recoupe les informations. L'autre sourit, charge son poing droit et me charge. Je remarque que les poings d'air reculent eux aussi. OH ! Moi aussi je sais faire ça.

Je me prépare. Il stop sa course à mi chemins et envoie une vraie patate de forain dans le vent,et ses extensions elles viennent me porter le coup. Je tente de les bloquer en faisant naître un simple mur de D. Ils le brisent sans problèmes en me frappent comme un putain de sourd. La douleur m'envahit. Je le sent. C'est putain de bon. Mon sourire s'agrandit comme si c'était physiquement possible, mais il le fais. Me voilà à terre. L'autre lâche un ricanement dédaigneux. Il arme son poing, prend bien son temps et son élan. Il veux m'éclater contre le sol. Crétin. Il est trop proche pour son propre bien. La portée de ses faux poings est un poil supérieur à celle de mes créations. Mais il s'est approcher, pour me narguer, fêter sa victoire. Il est dans la zone. Le vrai jeu commence.

Toujours à terre, je fais surgir des pics sous ses pieds. Il réagit et bondit, les évitant. Parfait.Je me redresse donc en me servant juste de mes pieds pour revenir debout tel un mort-vivant. Une fois debout, lui s'est remis en garde, et le jeu commence. Les pics deviennent plus épais et s'envolent et vont pour le frapper. Il pare de ses poings d'air. J'augmente le rythme. Il suit. Je continue de frapper de plus en plus vite. Il continue de suivre les rythmes, mais clairement, comparer à moi, il s'épuise.



 







Joueur

   
Pseudo : ...
   Fiche joueur : Uniquement si vous en avez déjà une !
   Commentaire : ...

   
Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Lost in the Flames
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 42



Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 12 Avr - 21:38
Bonjour,

Des nouvelles de cette fiche ?

Dernier délais jusqu'au 13/04/18.


_________________

Je brûlerais milles lunes pour faire naître,
ne serait-ce, qu'un seul soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Привет Sweetie = ) [Sacha Revmira, En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Prise la main dans le sac...[PV Sacha]
» Sacha Farmer [FINNI] [X]
» Sacha K. Brook {OK}
» Hey ! Pourquoi tu me regardes comme ça !? ft Sacha Vega
» Fiche Technique de Sacha Alernighter

Until Dawn :: Characters :: FichesSauter vers: