UNTIL DAWN

 

 :: Tokyo :: Ikebukuro Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'homme dangereux n'est pas celui qui recherche les mots, mais celui qui traque les silences.




Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 82



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Mar - 17:07
...celui qui traque les silences.
Yoshino x Saul - C'était sa troisième cigarette. Une fois de plus, le jeune homme avait tiré sur le col de son manteau, plus pour s'occuper que par crainte du froid. Son regard impérial, dont la couleur était comparable à celle de l'or et du prestige, s'était perdu sur l'écran lumineux de son téléphone, suivant les échanges écrits de plusieurs personnes, sans participer à la conversation pour autant. De temps à autre, alors qu'il soufflait la fumée de sa cigarette, il regardait autour de lui, espérant y voir une certaine personne qui, se faisait trop attendre au goût du jeune homme aux allures de prince. Dans une quête vaine d'un peu de confort, il aurait aimé s'adosser au mur derrière-lui, mais avait vite chassé l'idée en songeant au blanc de son manteau. Il avait bien trop peur de le salir.

S'il était patient, le leader des Gardiens était aussi un homme qui n'aimait pas gaspiller inutilement son temps. Ainsi, il avait profité de l'attente pour passer en revue son plan. La cible était un homme caucasien âgé de la trentaine. En apparence, il avait l'air d'un gars quelconque et sans histoire : son casier judiciaire était vide, il travaillait depuis plusieurs années dans un restaurant, ses fréquentations étaient aussi inintéressantes qu'inoffensives, il ne possédait pas le moindre pouvoir. Rien de passionnant... Pourtant, cet homme avait attiré l'attention des Gardiens. Il fut ajouté à leur liste peu de temps après avoir été identifié sur la vidéo de la caméra de surveillance de l'entrée d'un hôtel. L'homme ne faisait que passer devant l'endroit, semblant fuir quelque chose ou quelqu'un. L'hôtel l'ayant capturé sur sa vidéo de surveillance est situé à quelques rues d'une boite de nuit où, la même nuit que la curieuse course nocturne de l'homme, cinq personnes ont trouvées la mort.

D'après l'enquête, le drame s'était déroulé quelques heures après la fermeture matinale de la boite de la nuit. En quoi l'affaire concernait les Gardiens et non la police ? Les corps des victimes ont été retrouvés littéralement fondus. L’identification des victimes avait été particulièrement difficile, tant les corps s'étaient mélangés dans une espèce de bouillie immonde faite de chair, d'os et d'organes. Sans aucun doute possible, le meurtrier avait eu recours à l'utilisation d'un pouvoir. La première piste des Gardiens concernant cette affaire était ce fameux monsieur-sans-histoire. Il y avait des chances pour que cet homme ait vu quelque chose ou quelqu'un... Ce qui l'aurait poussé à fuir à toutes jambes. Yoshino Tokugawa venait d'écraser sa cigarette contre le cendrier de la zone fumeur dans laquelle il se trouvait. Un petit sourire anima son visage lorsqu'il aperçut enfin Saul Hiro Iwasaki.
© 2981 12289 0

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Fiche :
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 38



Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Mar - 15:12
TraqueYoshino & SaulJe passe une main nerveuse dans mes cheveux. Être convoqué par le grand manitou n’est pas non plus mon dada quotidien. J’avance dans les rues de Tokyo, maigrement vêtu d’un pantalon de toile noir et d’un sweat large, le tout recouvert par une grosse parka grise. Mes rangers crissent sur le sol. Certains se plient en quatre pour impressionner le chef, mais, finalement, ce n’est pas ça qui va changer quoi que ce soit. Mon pas est rapide, les rumeurs disent qu’il n’est pas exactement l’incarnation de la patience.

Je presse le pas. La raison de notre rencontre me revient en mémoire. Un meurtre multiple, dont on ignore la raison, et surtout « l’arme », le suspecté meurtrier étant un parfait inconnu sans antécédents et même sans pouvoir répertorié. Pourtant, c’est pas un flingue qui a provoqué le carnage retrouvé dans la boite de nuit tokyoïte, fermée depuis ce jour.

Je rabats ma capuche sur mon visage. Mon boulot c’est de rester dans l’ombre, et je n’aime pas la lumière qui semble irradier ce quartier. En fait, je ne l’aime tout bonnement pas. Trop de monde, d’agitation, de bruit. C’est comme une autre dimension, opposée à tout ce que je suis.

En bon larbin que je suis, j’essaie de m’avancer assez rapidement pour arriver à l’heure prévue. Le point de rencontre était un coin fumeur, le genre d’endroit où l’on vous regarde de travers comme des bête de foire, alors qu’au fond, au milieu de cette société d’hypocrite, plein enchaînent les clopes dans l’ombre des règles. S’il y a bien une chose que j’ai apprise dans les bas-fonds de Tokyo, c’est à quel point les gouvernements nippons se fourrent le doigt dans l’œil. A moins qu’ils ne le fassent exprès, je ne suis pas assez attentivement la politique pour en juger.

Je l’aperçois de loin, son manteau blanc tranchant avec la mode sombre de la plupart des personnes amassées là, en costume de manchot ou simplement habillé de noir ou de bleu. Comme un amas de corbeaux autour d’un prince. Ses yeux dorés croisent les miens. Je soutiens mon regard et lui adresse un signe de tête, tandis que je presse le pas, jouant nerveusement avec des pièces de monnaies dans l’une de mes poches. Nerveux, certes, mais loin d’être intimidé. Je lorgne juste sa clope, avec l’irrépressible envie de m’en allumer une. Mission oblige, j’avais laissé mon petit sachet de tisane à mon appart, au-dessus de ma boutique, priant pour que mon assistante ne décide pas d’y faire un grand ménage. Je me suis à peine remis du précédent.

J’entre dans la zone réglementée, et l’odeur de cigarette m’assailli de plein fouet. Je résiste pour ne pas afficher mon manque. Pas envie de passer pour un vrai junkie devant le boss. Après un signe de tête respectueux en guise de salut, je me cale contre le mur derrière lui, et observe ce qui nous entoure.

— Alors, chef, on va passer notre nuit à chasser un homme ?

Je ne peux réprimer mon ton railleur. J’ai renoncé à faire des nuits complètes le jour où je me suis engagé chez les Gardiens. Toutes les missions ne s’effectuent pas de nuit, mais l’obscurité favorise la discrétion. Habitué à être l’homme de main de service, je m’étire.

— Des infos sur l’endroit où il se planque ?

Je jette un coup d’œil à notre entourage et pousse un soupir. Nous allions être seuls sur le coup, face à un gars qui avait fait fondre plusieurs personnes à la fois. Parfois, j’ai vraiment l’impression qu’on nous prend juste pour les ramasses-merde des héros. Je plonge mon nez dans mon écharpe et reporte mon attention sur Yoshino, attendant ses directives.
© 2981 12289 0

_________________


We get what we deserve
And way down we go.
Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 82



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Mar - 19:12
...celui qui traque les silences.
Yoshino x Saul - Saul Hiro Iwasaki est le genre de Gardien qui attire l'attention. Non pas qu'il compromet la discrétion ou le secret de l'organisation, mais il est du genre... Comment disait Yoshino, déjà ? Gentiment tapageur. Cet homme, tous les Gardiens le connaissent, même ceux ne sachant pas à quoi il ressemble. Il faut dire que les échos de son caractère bien-trempé ont même réussi à parvenir jusqu'aux oreilles du Tokugawa. Par curiosité, Yoshino avait alors consulté le dossier de ce fameux bad-boy. Un détail avait particulièrement retenu son attention : Saul est pâtissier.

Le jeune homme aux cheveux cyans avait eu bien du mal à cacher la déception naissante sur son visage lorsqu'il remarqua que Saul, n'avait apporté aucune pâtisserie. Aucune offrande pour son Prince. Cela prouvait... Qu'il ne s'était pas assez renseigné sur le leader des Gardiens. Yoshino était pourtant certain que tous ses hommes, à au moins deux ou trois reprises, l'avaient déjà vu entrain de se régaler d'une pâtisserie. Par ailleurs, on lui attribuait autant les renards que les pâtisseries lorsqu'on devait le décrire en quelques mots. Seulement, Saul n'était pas réputé pour ses bonnes manières et ses délicates attentions.

- « Alors, chef, on va passer notre nuit à chasser un homme ? Des infos sur l’endroit où il se planque ? » Demanda le second Gardien. Yoshino fut un peu surprit par cette question allant droit à l'essentiel et, ce manque d'élégance dans les mots. Enfin, il s'y était fait... La majorité des Gardiens étaient ainsi faits.

Ils étaient légèrement en retrait des autres fumeurs, assez loin pour ne pas être entendus, assez proches pour ne pas attirer l'attention.

- « Je doute que notre cible soit coupable de quoique ce soit. Elle était au mauvais endroit, au bon moment. J'imagine qu'elle a seulement vu quelque chose susceptible de nous intéresser... » Commença Tokugawa.

D'un geste souple, Yoshino sorti une petite boite en métal de sa veste, l'ouvrant d'une simple pression du pouce avant, de pointer l'une des cigarettes qu'elle contenait vers son coéquipier du soir.

- « Notre homme va bientôt quitter son lieu de travail. Nous allons l'intercepter et lui poser... Quelques questions. Néanmoins, nous n'avons pas beaucoup de temps à lui accorder. » Cela devait parler à Saul. - « Il est également possible que je me trompe et, qu'il soit en réalité notre cible prioritaire. Ainsi, nous allons le mettre hors d'état de nuire avant, d'employer la méthode la plus efficace pour récolter des informations. Avec un peu de bonne volonté, nous avancerons un peu plus sur notre enquête. » Termina Yoshino.

Si le jeune homme au manteau blanc s'était attardé sur le métier secondaire de Saul, il avait passé bien plus de temps à cogiter en découvrant les données recensées par les Gardiens sur le pouvoir détenu par Saul. La présence de ce dernier ce soir-là n'était pas seulement un caprice du Tokugawa. Le don du suédo-japonais se mariait étonnement à merveille avec l'artefact et le pouvoir du leader des Gardiens.
© 2981 12289 0

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Fiche :
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 38



Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Mar - 15:50
TraqueYoshino & SaulSans bouger de l’endroit où il était planté, notre leader répond à mes questions. Quelque peu déçu, je souris d’un air mauvais lorsque Yoshino se met à parler de nos prochaines actions. J’accepte avec un signe de tête la clope qu’il me tend, sans le couper dans ses paroles. « Poser quelques questions » en un temps record, pas de problème. C’est le genre de boulot dont j’ai l’habitude. Avec un regard entendu, je cherche mon briquet dans ma poche, écoutant le chef des Gardiens terminer de m’exposer ses pensées. J’allume la cigarette, et savoure le goût du tabac. Pas d'la bajs, clairement.

Expirant, je me contente de hocher la tête. Nous allions devoir nous mettre en route rapidement, si nous voulions retrouver nos doux foyers respectifs le plus vite possible.

Jouant de mes doigts avec la cigarette, je reporte mon attention sur le leader aux cheveux clairs.

— Allons-y, alors. Je suppose que je dois m’occuper de lui, et que tu te réserve la tâche de vérifier les informations qu’il nous donne.

Malgré le respect qui inonde la culture nipponne, cela fait bien longtemps que je ne vouvoie plus personne. Pas même mon propre chef. Je jette un œil à mon téléphone, tirant sur ma clope. Nous ne sommes pas très loin, Yoshino n’ayant pas choisi au hasard cet endroit comme point de rencontre. Le visage du gars en tête, je me mets en marche, lançant en arrière un regard vers lui.

— Je m’en occupe. On aurait l’air louche à deux. Je te tiens au courant.

Un rictus mauvais s’étend sur mon visage, tandis que je me dirige vers le dernier lieu où a été aperçu notre suspect. Fourrant mes mains dans mes poches, et enfonçant mon nez dans mon écharpe. Je presse le pas vers l’endroit de mon prochain méfait. En général en mission de couverture, en ce moment, je n’avais pas eu l’occasion d’agir sur le terrain de cette façon depuis pas mal de temps.  Parfaitement conscient de la réputation que je traine dans mon sillage, je me réjouis de cette mission, et d’avoir été choisi par Yoshino.

Au pied des bureaux où notre suspect travaille, je réfléchis à un plan. Pas longtemps, parce que je n’ai pas l’habitude d’en élaborer un. Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Je me tapis dans un coin et attend. A peine quelques minutes après, je repère ma proie et la prend en filature, comme un rapace tournant dans les airs avant de fondre sur sa victime. Un petit sourire s’étire sur mes lèvres, tandis qu’il s’éloigne petit à petit des rues bondées du centre de la capitale japonaise. Il presse le pas, je me laisse distancer, sans le perdre de vue. Au carrefour d’une rue déserte, je lui fonds dessus, comme un aigle refermant enfin ses serres sur un petit animal. L’homme laisse échapper un glapissement terrifié, mais ma main sur son cou le coupe dans son élan. Le voilà figé. D’un coup précis, je le fais perdre conscience et le porte dans un coin sombre, entre deux bennes à ordures.

Je communique ma position à Yoshino. Puis les paroles du leader des Gardiens me reviennent en mémoire. « Pas beaucoup de temps », a-t-il dit. Je passe une main dans mes cheveux, et pousse un soupir, avant de gifler avec force le pauvre homme appuyé contre le mur. L’effet du coup ne se fit pas attendre, puisqu’il reprit connaissance en crachant une dent, la bouche ensanglantée.

— Mais vous êtes mal…

Il ne peut achever sa phrase, puisque d’un doigt sur son front, je le coupe dans son élan, attendant que le bosse me rejoigne. Une fois le prince descendu dans les bas-fonds, je lance à ce dernier avec amusement :

— Bon flic, mauvais flic ? Tu poses les questions et je m’assure qu’il…obtempère ?

Parfaitement conscient que Yoshino n’apprécierait pas que je lui donne des ordres, malgré leurs airs de suggestions, mes prunelles brillent d’une lueur de défi, exaltée par notre aventure nocturne. Je le sais cependant bien trop sage pour céder à ce genre de provocations, aussi, j’attends patiemment sa réponse, en terminant ma cigarette.
© 2981 12289 0

_________________


We get what we deserve
And way down we go.
Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 82



Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Mar - 18:52
...celui qui traque les silences.
Yoshino x Saul- Yoshino n'avait pas pu s'empêcher de penser que Saul n'avait besoin de personne pour avoir l'air louche... N'importe qui en le voyant venir, changerait instinctivement de trottoir. Même au sein de l'agence du Gouvernement, on préférait fuir le suédo-japonais au risque de se heurter à son fort caractère. Le Tokugawa avait confiance en ses Hommes, la majorité ayant bien plus d'expérience que lui, il ne pouvait guère se permettre de douter de leurs capacités. Ainsi, il laissa de l'avance à son collègue, marchant tout en gardant ses orbes dorés sur l'écran de son téléphone. Il avait emprunté un détour, se dirigeant dans le secteur où se trouvait les bureaux d'où, leur cible ne devrait pas tarder à sortir. Yoshino s'était arrêté au centre d'un périmètre qu'il avait mentalement établi en observant la carte affichée sur son téléphone. Quoi que puisse décide Saul, son chef ne mettrait pas plus de dix minutes à le rejoindre.

Lorsqu'il reçut la position GPS de son collègue, soulignant le fait que tout s'était passé sans encombre, Yoshino soupira méchamment en remarquant dans quel genre d'endroit Saul l'attendait... Ce n'était guère à sa convenance. Vraiment pas à sa convenance. C'est avec un mouchoir appuyé contre le bas de son doux visage que le leader avait rejoint son subordonné dans une ruelle où, étaient entreposés d'énormes poubelles dont les déchets provenaient de diverses entreprises du coin.

- « Bon flic, mauvais flic ? Tu poses les questions et je m'assure qu'il...obtempère ? » Proposa Saul, d'une manière peu courtoise.

- « Nous n'avons pas spécialement le temps de jouer, Saul. » Commença calmement Yoshino avant de se souvenir d'un détail important. - « Hm... Il est vrai que tu ignores tout de mes pouvoirs. Cependant... L'endroit m'incommode. Je n'arriverais pas à utiliser mon don avec une telle odeur... » Avait-il dit en fronçant les sourcils, tournant légèrement la tête dans l'espoir de fuir la puanteur des lieux.

Pressé de quitter l'endroit au plus vite, le jeune homme aux cheveux cyans avait dégainé son sabre japonais avec cette élégance qui ne semblait jamais le quitter. Loin de posséder la délicate beauté et le charme incontestable de son propriétaire, l'artefact du Tokugawa semblait au contraire tristement sombre et terriblement menaçant. Le genre d'objet qu'on regarde plus par méfiance que par admiration. Inutile de connaître l'histoire de la lame pour conclure qu'elle est maudite. D'un geste propre, Yoshino entailla jusqu'au sang le bras de la cible inconsciente. Ceci fait, il rangea son bien le plus précieux dans le fourreau écarlate accroché à sa ceinture.

- « Voici mon artefact, la lame silencieuse. Avec une telle coupure, cet homme ne pourra utiliser aucun pouvoir avant plusieurs heures. En admettant qu'il en possède un. » Appris Yoshino à Saul.

Yoshino Tokugawa était prudent. Il savait que de nombreuses personnes, déclarées « sans don », en cachaient bel et bien un. Il fait parti du lot, après tout. Maintenant qu'il était certain que leur cible n'irait pas les surprendre avec un quelconque tour de passe-passe, il imposa une alternative à leur interrogatoire entre deux conteneurs à ordures.

- « On a une adorable petite planque à quelques rues d'ici. Je vais chercher ma voiture... Quitte à devoir la faire laver ensuite. » Soupira-t-il avant de laisser la cible et son collègue derrière-lui.

Peu de temps après, Tokugawa était revenu avec sa voiture, laissant à Saul le soin de charger le coffre et de grimper sur la place passager avant du véhicule. Arrivés devant la planque, ils avaient dû attendre que les rues se vident avant, de sortir en embarquant l'homme inconscient avec eux. La planque en question était une petite maison qui servait occasionnellement aux Gardiens. L'endroit n'était composé que deux pièces, sans aucun meuble, bien qu'une cuisine d'appoint avait été conservée. Un endroit qui n'existait que pour cacher des choses, plus ou moins longtemps.
© 2981 12289 0

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Fiche :
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 38



Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Mar - 13:44
TraqueYoshino & SaulLa remarque, sèche, de Yoshino me vexe quelque peu, mais je suis bien trop excité par cette nouvelle mission pour m’y attarder. Et puis, c’est lui le chef, alors faut être gentil et obéir. Mais je ne suis pas doué pour obéir. Néanmoins, je me contente d’afficher un rictus moqueur lorsque le Gardien se dit être indisposé par l’endroit. J’aurais bien levé les yeux au ciel – quelle midinette ma parole, mais je tiens à garder ma place, sinon c’est le retour en taule assuré. Sans un mot, il dégaine son sabre avec la classe d’un héros digne des vieux films japonais sur les samurais du temps passé, et entaille la peau de notre premier suspect. Béat de fascination, j’observe avec minutie, dans un silence quasi religieux, le mouvement de la lame sombre sur laquelle se reflètent les lumières de la ville. Lorsque mon acolyte me révèle l’utilité de son arme, je laisse échapper un sifflement enthousiaste. Il s’agit d’un artefact, et pas des moindres : son pouvoir doit être extrêmement précieux pour une organisation comme la nôtre. En tous cas, la légendaire prudence de mon supérieur se fait encore une fois constatée, puisqu’il n’hésite pas à utiliser son artefact alors que, selon nos informations, l’homme à nos pieds ne possède aucun pouvoir. Mais selon beaucoup de Gardien, Yoshino est un zélé dont la doctrine principale semble être « prudence est mère de sûreté ». Rien à voir avec moi, c’est clair.

J’opine de la tête lorsqu’il m’annonce qu’il va chercher sa voiture. Puis mon regard se tourne vers ma victime. Mon ventre gargouille, mais ma faim est maîtrisable, de quoi utiliser mon pouvoir encore un bon bout de temps avant de devoir me jeter dans le premier konbini venu. Quelques minutes après, que je passe accrocher à mon téléphone, j’aperçois la voiture du boss s’engager dans l’allée. Yoshino ne descendant pas du véhicule, c’est à moi de hisser l’homme, relativement lourd, dans le coffre. Je monte à mon tour avec le Gardien, un sourire satisfait aux lèvres – tout ceci est déjà tellement rocambolesque que j’ai hâte de voir la suite de notre enquête.

Une fois devant la planque, dans laquelle je n’avais jamais mis les pieds, nous attendons que les rues se vident. L’air d’aider un ivrogne en sale état, je sors l’homme du coffre et m’engouffre avec dans la petite maison. Celle-ci sent le renfermé – mais c’est toujours mieux que les ordures c’est sûr, et n’est équipée que de manière spartiate, prévue pour un accueil temporaire des membres de notre organisation. Je laisse l’homme tomber lourdement sur le sol, et observe ce qui nous entoure. Rien pour l’attacher, ni pour l’intimider, puisqu’une casserole ne pouvait servir d’arme de ce nom.

— Sympa, la déco, je raille.

Je soupire, pourquoi les Gardiens n’ont-ils pas de planque à la Kingman, sérieux, avec des armes planquées derrière les murs, un équipement ultrasophistiqué, des chaises de tortures… je m’égare. Au mieux, on pourrait l’enfermer dans un coin sans que personne ne l’entende. Fouillant dans mes poches, j’en ressors une bobine de ficelle, et jette un regard d’excuse à Yoshino – qu’il ne me prenne pas pour un fétichiste. Il faut toujours être paré à toute éventualité, et le kidnapping en fait partie. D’où la présence d’un couteau aiguisé dans la même poche.

Je m’accroupis près de l’homme à terre, toujours inconscient, et lui attache les mains dans le dos. Ainsi que les pieds. Autant, il ne pourrait pas aller bien loin, avec mon pouvoir, autant je n’ai pas vraiment envie de me prendre un coup de pied lorsque je m’applique à le figer.

Cherchant l’aval de Yoshino du regard, je suppose que c’est le moment de réveiller la belle au bois dormant, dont les ronflements doivent certainement heurter les oreilles délicates de mon supérieur. Je commence par lui tapoter les joues, avant de soupirer, et de lui mettre une grande gifle. L’effet est immédiat, et notre victime se redresse en hurlant.

La surprise passée, son regard passe du chef des gardiens à moi, avec effroi. Les fenêtres condamnées ne lui donnent aucune indication sur l’endroit où nous nous trouvons, et les murs ne laissent filtrer aucun son depuis l’extérieur comme l’intérieur. Il semble se résigner, et nous alpague, avec une voix tremblante :

— Qui êtes-vous ?! Qu-que me voulez-vous ?! J’ai rien fait !

Je me délecte du son de sa voix, et tourne mon regard vers le chef, attendant de savoir dans quelle direction mener notre petit interrogatoire, un rictus toujours plus mauvais sur les lèvres.
© 2981 12289 0

_________________


We get what we deserve
And way down we go.
Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 82



Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Avr - 17:43
...celui qui traque les silences.
Yoshino x Saul- Le Tokugawa avait arqué un sourcil en découvrant la petite bobine de ficelle dans la main de Saul, mais il n'y fit aucun commentaire. Dans la situation actuelle, il devrait plutôt être satisfait que son coéquipier soit un minimum équipé pour les petits détails. En réalité, loin de songer à attacher la cible, Yoshino comptait tout simplement coller le canon de son arme à feu contre le front du monsieur. En général, le résultat est satisfaisant. Laissant Saul démontrait son expérience sur le terrain, Yoshino avait fait volte-face, se tournant pour équiper son iconique masque blanc représentant la face d'un esprit renard. Au risque d'être reconnu trop facilement et, dans une situation peu flatteuse, il préférait cacher son visage.

D'un hochement de tête, le leader des Gardiens offrit la liberté d'agir à son partenaire. Par reflex, Yoshino avait fermé un oeil lorsque la main de Iwasaki claqua avec violence sur le visage du pauvre bougre. Déjà lassé de cette activité, l'homme au long manteau blanc avait soupiré sous son masque.

- « Qui êtes-vous ?! Qu-que me voulez-vous ?! J'ai rien fait ! » Lâcha-t-il d'une façon terriblement prévisible.

Yoshino s'était alors demandé si les films et autres sottises d'Hollywood n'avaient pas formater toute la population la moins brillante. C'est vrai quoi, ne disaient-ils pas tous exactement la même chose une fois pris au piège dans cette inconfortable situation ? Le visage de Saul ressemblait à celui d'un mercenaire aimant autant son sale boulot que la paye qu'il récoltait à l'exécuter. Tokugawa n'avait jamais apprécié ces expressions défigurées par le sadisme d'un instinct sombre, trop proche de celui d'un dangereux prédateur. Seulement... Une majorité des Gardiens étaient ainsi. C'étaient de dangereux prédateurs tenus en laisse. Leur leader s'y était fait. Il n'aimait pas, mais n'y prêtait plus tellement attention.

D'un pas souverain, Yoshino s'était avancé vers leur otage. Il n'avait pas même baissé la tête, toisant de haut son prisonnier d'un regard doré méprisant. Ses yeux rappelaient sans peine ceux d'un loup, encadrés dans ce masque blanc d'animal.

- « Nous avons quelques questions. Nous voulons des réponses à ses dernières. C'est tout ce que nous voulons. Nous n'avons pas besoin de vous tuer. Néanmoins... Nous n'avons pas le temps de tourner en rond. Acceptez de coopérer. » Posa l'homme en blanc avec un calme olympien.

Bien évidemment, l'homme avait recommencé son manège, hurlant à nouveau ses questions idiotes et sans intérêt, levant la voix au point de faire soupirer d'un agacement profond le leader des Gardiens. Compte tenu du fait qu'il lui était embêtant d'utiliser son pouvoir sur une cible si agitée, Yoshino avait confié la suite à Saul.

- « Prépare-le. » Ordonna subitement Yoshino à son subordonné avant de se détourner dans un calme parfait.
© 2981 12289 0

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
>









Revenir en haut Aller en bas
L'homme dangereux n'est pas celui qui recherche les mots, mais celui qui traque les silences.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Terminé] "Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu."
» "Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu" [Ryujia Dragonstone/Iseul Yoon][Terminé]
» Il y a deux types d'hommes : celui qui tient le blaster et celui qui creuse ... toi ... tu creuses. [ FB Kyrayc / Nyssa / Jilano ]
» Tête-à-tête forcé...
» “Félicite celui qui devient le meilleur, respecte celui qui le reste.”

Until Dawn :: Tokyo :: IkebukuroSauter vers: