UNTIL DAWN

 

 :: Tokyo :: Ligue de Justice Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Chat était souvent agacé par l'Oiseau : L'un s'escrimait du bec, l'autre jouait des pattes.

avatar >
Grue du Japon
Grue du Japon







Fiche : Silhouette blanche dansant dans la tempête de neige.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 50



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Mar - 11:59
Le Chat était souvent agacé par l'Oiseau : L'un s'escrimait du bec, l'autre jouait des pattes. x Tsubasa & ElianeJ'ai toujours aimé ce que les humains fabriquent et construisent à la gloire de leurs croyances et, de leurs divinités. Même si, la plupart du temps, ils oeuvrent pour des personnages parfaitement fictifs, soulevant des arguments malheureux pour justifier la potentielle existence d'un Dieu quelconque ayant fait quelques trucs de dingues il y a fort longtemps... Oh, ça permet aussi de justifier des massacres, comme si la nature humaine avait besoin d'une excuse de plus ! Douce et rêveuse humanité... C'est que je les aime comme ça, les humains. Ils ont de gros défauts, mais ils sont si adorables et terriblement amusant ! Haha~ !

Seulement... J'ai bon aimé ce que les humains façonnent, je ne peux pas aimer cette chose-là. C'est froid, voir même glacial. C'est trop haut, trop droit. Et sérieusement, pourquoi ils mettent autant de fenêtres... Les humains ont un problème sévère avec les fenêtres. Oui, on peut dire que les immenses gratte-ciel servant de base à la glorieuse Ligue de Justice ne me plaisent guère. En réalité, il n'y a pas que la tronche des locaux qui me déplaisent... L'atmosphère autour de cet endroit n'est en rien rassurant, surtout dans la pénombre. J'en avais eu des frissons. Enfin, quand faut y aller...

Employant cette vitesse inhumaine dont je suis naturellement doté, j'avais effectué plusieurs bonds, passant d'un toit à un autre, me rapprochant de mon objectif. Comme il n'y avait plus de plate-forme sur laquelle sauter, la Ligue de Justice étant entouré d'un grand parc parfaitement plat, j'avais dû rejoindre le trottoir, descendant à risque de mon perchoir. Hum... S'il était rare que je m'embête à employer la prudence, j'avais fait une exception pour cette nuit-là. Ma main gauche s'était posée sur le pommeau de mon katana, comme pour vérifier qu'il était bien là.

Vous l'avez probablement deviné. Je ne suis pas juste ici pour admirer depuis le lointain la structure sans saveur ni prestige de la Ligue de Justice. J'étais en mission pour les Yakuza. Enfin, on va dire ça comme ça, hein ! C'est toujours plus cool que d'avouer qu'on avait parié trois bouteilles de saké sur moi comme quoi je n'arriverais pas à pénétrer les lieux sécurisés de la Ligue pour me prendre en selfie devant ses portes d'entrée. Sérieusement... Faut être idiot pour douter des capacités d'infiltration d'une authentique grue du Japon !

Sans aucune difficulté, j'avais déjoué la vigilance des vigiles, ces derniers n'étant pas assez sensibles spirituellement pour remarquer un esprit - aussi blanc soit-il - franchir en quelques sauts prodigieux les hauts barreaux encadrant le célèbre endroit. Mes pieds venaient à peine de toucher le sol de pierre du début du long chemin venant vers l'entrée de la Ligue de Justice que, je m'étais souvenu d'un petit détail..

C'est pas ici qu'il y a des Héros ?
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________


Snow was falling as falling stars…
Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Élianomicon
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 28



Voir le profil de l'utilisateur
Mar 29 Mai - 10:14



"C'est impressionnant, non ?"

Une voix douce s'élève derrière lui. À quelques mètres de l'homme, au centre du chemin de pierre, se tient une silhouette de petite taille, étrangement visible malgré la pénombre. Vêtue de bleu clair et de blanc, la jeune femme affiche un sourire courtois, ses yeux pâles, encadrés par de courts cheveux blonds, perdus en direction du grand édifice.

"Ces choses que l'homme construit, aussi haut qu'il le peut. Cela m'a toujours impressionnée de voir de si petites choses bâtir si grand. Toujours plus haut, jusqu'à effleurer le ciel..."

Ses mains blanches jointes sur son ventre, ses bras ornés de dentelles légèrement pliés, elle s'avance avec douceur et s'arrête à la hauteur de l'homme sans détacher son regard de la tour. Il émane d'elle quelque chose de confortable. Quelque chose qui ne lui est peut-être pas totalement étranger. Elle poursuit.

"... Certaines histoires racontent que les hommes ont jadis été punis d'avoir construit une tour si haute qu'elle pouvait atteindre les Cieux. Châtiés par Dieu pour leur arrogance, et condamnés à jamais à ne plus pouvoir se comprendre, afin d'éviter qu'ils n'essaient à nouveau de menacer la place du Très-Haut."

Son sourire s'élargit légèrement.

"Quand je regarde ces tours, je me demande : est-ce encore là l'arrogance de l'homme qui défie les Cieux ? Ou bien y a-t-il autre chose qui motive sa quête de hauteur ?"

Une fraction de temps s'écoule, de seconde ou de minute. La jeune femme finit par fermer les yeux, brièvement, et tourne d'abord son visage souriant puis son corps frêle pour faire face à l'homme, avant de se fendre d'une révérence polie.

"Je vous prie de pardonner mon impertinence, je ne me suis même pas présentée. Je me nomme Éliane. Éliane Deslys de Bellegarde. Mes amis m'appellent Mademoiselle."

Éliane se redresse sur ces derniers mots. Sur son visage légèrement incliné, son sourire est revenu et ses yeux observent poliment l'homme au sabre.

"Je vous ai aperçu un peu plus tôt regarder ces tours et je n'ai pas réussi à résister à l'envie d'une discussion. J'espère ne pas avoir interrompu quelque chose d'important."

Dans l'obscurité de la nuit, comme si elle déjouait la pénombre, elle apparaît claire à ses yeux.

Quoi de plus normal.

moonlit path.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar >
Grue du Japon
Grue du Japon







Fiche : Silhouette blanche dansant dans la tempête de neige.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 50



Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Juin - 22:58
Le Chat était souvent agacé par l'Oiseau : L'un s'escrimait du bec, l'autre jouait des pattes. x Tsubasa & ElianeCela aurait pu être une simple caresse, des doigts fins et volatiles effleurant délicatement ma nuque et taquinant le bout des mèches de mes cheveux, mais ce fut un frison. Un frison glacial. Je m'étais subitement retourné, vif et prêt. Mes yeux dorés furent d'abord sauvages avant, de s'adoucir en remarquant la silhouette innocente d'une enfant humaine. Non. Mon instinct ne venait-il pas de me le hurler ? Elle n'était pas humaine. Ma vue ne tarda pas à en témoigner elle aussi.

Loin d'adapter une position défensive ou de trahir une quelconque hostilité, je m'étais simplement montré méfiant. Je n'ai pas de prédateur, après tout. Si j'étais méfiant, je l'étais beaucoup moins que curieux. Tel un éternel enfant, je buvais les paroles de l'être inhumain comme du petit lait. L'histoire des hommes qui, débordant d'arrogance, en étaient venus à défier Dieu... Ou peut-être, était-ce l'histoire de Dieu craignant qu'un jour de simples humains puissent se tenir à ses côtés ?

Ce qui semblait être une enfant humaine s'était présentée avec révérence et politesse, respectant à la perfection le protocole propre aux humains lorsqu'ils se rencontrent pour la toute première fois. On donne son identité. Chez les esprits, faire cela serait du suicide... Tout comme moi, cet être fantomatique jouait à faire l'humain. J'étais plutôt bon, à ce petit jeu.

- « Je vous prie de pardonner mon impertinence, je ne me suis même pas présentée. Je me nomme Éliane. Éliane Deslys de Bellegarde. Mes amis m'appellent Mademoiselle. »

- « Les présentations de rigueur n'offrent jamais d'entrées très impressionnantes... Je le conçois. » Dis-je en haussant les épaules. - « Je suis Tsubasa Akan, on m'appelle de bien des façons, mais c'est généralement pas très flatteur... » Dis-je en souriant à pleine dents avant, de l'incliner avec une grâce et une élégance sans égal.

Pour des raisons évidentes, je vais taire les surnoms que je me coltine à longueur de temps. Entre les esprits qui m'appellent comme bon leur semble et, les humains qui cherchent toujours à faire dans l'original... C'était limite si je n'en perdais pas mon vrai nom. Tsubasa Akan est mon nom humain.

- « Je vous ai aperçu un peu plus tôt regarder ces tours et je n'ai pas réussi à résister à l'envie d'une discussion. J'espère ne pas avoir interrompu quelque chose d'important. »

Humaine ou pas, cette Mademoiselle ne semblait que chercher la conversation... Bien que l'endroit ne soit pas propice à la discussion. C'était plutôt un endroit miné. Combien de temps allons-nous pouvoir bavarder de la sorte, perdu au milieu de ce chemin de pierres blanches, dans cet endroit hautement gardé, ayant pour seule protection le simple fait que nous ne sommes que des mirages ? Ça pouvait être marrant, en fait... Surtout si on finit par se faire remarquer. Ma mission allait devoir attendre.

- « Rassurez-vous, Mademoiselle. Vous êtes probablement plus captivante que ce que vous interrompez... Ne m'en voulez pas pour mes mauvaises manières, c'est la première fois que je rencontre quelqu'un comme vous... Les gardes n'ont pas remarqués ma présence. En réalité, il est rare qu'un humain la remarque sans que je ne l'aborde avant. Mademoiselle, si je peux me permettre... Ma présence semble être claire et évidente à vos yeux... Est-ce parce que, vous aussi, vous vous tenez en équilibre sur la frontière ? » Demandais-je, mon regard d'or joueur dans ses précieux saphirs.
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________


Snow was falling as falling stars…
Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Élianomicon
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 28



Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 7 Juin - 7:10



"Oho, charmeur... Chercheriez-vous déjà à me flatter ?"

La jeune femme laisse échapper un doux rire amusé, caché derrière ses doigts fins. De son visage pâle et de ses gestes fragiles émane la grâce toute particulière d'une jeune demoiselle de bonne famille. Élégante, polie, délicate. Son regard serein répond calmement aux yeux dorés du jeune homme, qu'elle détaille avec intérêt.

Ils doivent être beaux.

À nouveau, ses mains se joignent devant elle.

"Mais je suis heureuse de l'apprendre. Ne vous inquiétez pas, votre gracieux compliment m'honore, Monsieur. Je vous en prie, ne vous embarrassez pas de trop de manières si cela vous est inconfortable. Je serais une hôte bien piètre d'imposer tel malaise à mes invités."

Son sourire charmant ne quitte pas ses traits, mais ses yeux accompagnent le rire de sa cocasse plaisanterie.

Au-dessus d'eux, des nuages éparses éclairés par une lune timide sillonnent tranquillement le ciel nocturne, avec le bruissement léger des feuilles, le souffle ténu de l'air et le lointain grondement de la ville pour seules réponses. Les ombres mouvantes qui leur font écho dans la pénombre clairsemée du sentier bordé d'arbres défilent silencieusement, couvrant l'un de tâches lumineuses aux formes floues, laissant l'autre, qu'aucune ne parvient à atteindre, immaculée.

"Eh bien, n'êtes-vous pas devant moi, Monsieur Akan ? Auquel cas, il n'est rien d'étonnant à ce que je puisse vous voir."

Quand bien même son sourire poli ne quitte jamais son visage, chaque haussement de pommette, chaque légère inflexion de la tête suffit à lui redonner la douceur éclatante d'un rire naissant. Tout autant que ses mots, ses expressions parlent pour elle. Tout en s'approchant à pas tranquilles, Éliane poursuit.

"Ce n'est pas la première fois que j'ai la joie de faire la connaissance d'une personne telle que vous. J'ai toujours grand plaisir à échanger avec vos semblables. Alors, que diriez-vous d'une petite discussion ? Puisque vous avez l'air au moins aussi curieux que je le suis, profitons-en pour faire connaissance, et pour discuter de toutes ces choses que les hommes peuvent faire, pour le temps qu'il nous reste. Qu'en dîtes-vous ?"

D'un geste léger, ses bras se glissent dans dos et, aux côté de l'homme au sabre, Mademoiselle tourne à nouveau son visage vers le fier édifice de la Ligue de Justice.

"Oh, bien sûr, si vous vous trouvez inquiété par vos poursuivants, ne vous retenez pas pour cette Demoiselle. Je comprendrai votre urgence."

Cela pourrait ressembler à n'importe quel endroit coupé du monde, si ce n'était pour les milliers de lueurs électriques se détachant de l'horizon, et l'immense tour les surplombant, appuyée contre le ciel. Un cadre original pour un premier rendez-vous.

Derrière eux, entre les racines noueuses d'un arbre doucement agité par le vent, une fleur aux pétales luisant d'un blanc crème éclot en silence.

white flowers.


_________________


Revenir en haut Aller en bas
avatar >
Grue du Japon
Grue du Japon







Fiche : Silhouette blanche dansant dans la tempête de neige.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 50



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Juil - 21:04
Le Chat était souvent agacé par l'Oiseau : L'un s'escrimait du bec, l'autre jouait des pattes. x Tsubasa & ElianeLa jeune fille se montrait toujours aussi élégante, polie et bienveillante avec celui qu'elle qualifiait d'invité, c'est-à-dire, ma petite et peu humble personne. Elle souriait. Elle riait. Était-elle ainsi chez elle partout où elle mettait les pieds ? Elle se qualifiait d'hôte alors, que nous étions en plein terrain miné. Quel culot ! Mais tout comme moi, Mademoiselle ne semblait pas craindre les humains. Dans tous les cas, même si les plus puissants d'entre eux venaient à rappliquer, je n'aurais aucun mal à leur glisser entre les doigts. Un truc de grue du Japon.

- « Eh bien, n'êtes-vous pas devant moi, Monsieur Akan ? Auquel cas, il n'est rien d'étonnant à ce que je puisse vous voir. » Répondit-elle.

Certes, certes... Seulement, elle ne répondait pas à la vraie question, celle aussi claire que de l'eau de roche et gentiment dissimulée par pur élan de politesse. Parler de surnaturel à un être surnaturel, croyez-moi, c'est insultant ! Après tout, nous ne sommes surnaturel que pour le commun des mortels... L'atmosphère était étrange, comme quand on trouble la totalité d'une mare paisible en y lançant un minuscule caillou.

- « Ce n'est pas la première fois que j'ai la joie de faire la connaissance d'une personne telle que vous. J'ai toujours grand plaisir à échanger avec vos semblables. Alors, que diriez-vous d'une petite discussion ? Puisque vous avez l'air au moins aussi curieux que je le suis, profitons-en pour faire connaissance, et pour discuter de toutes ces choses que les hommes peuvent faire, pour le temps qu'il nous reste. Qu'en dîtes-vous ? »

Le temps qu'il nous reste... Vu la longévité d'un Tsuru, j'imagine qu'elle voulait dire par là : jusqu'à ce que les humains captent notre présence parasite. J'avais légèrement eu un petit sursaut d'espoir lorsqu'elle évoqua mes semblables. Non. Il ne pouvait s'agir d'un autre Tsuru. Nous étions terriblement rares, voir en état d'extinction... Et, je sais que je suis une exception dans la règle qui proclame que les quelques Tsuru restant doivent vivre loin de l'humanité. Les humains nous mènent toujours à notre perte, parait-il. Sauf que, au cas où vous ne l'aurez pas compris, je suis un mâle. Je porte mes bijoux de famille comme il se doit en plein cœur de Tokyo.

Une petite discussion... Cela ne m'engageait à rien et, pour le peu que cela devenait tendu, je n'aurais qu'à prendre la poudre d'escampette. Je n'ai pas de prédateur, ne l'oubliez pas. Le sujet proposé, en lui-même, était assez complet... Ce que les hommes peuvent faire.

- « Oh, bien sûr, si vous vous trouvez inquiété par vos poursuivants, ne vous retenez pas pour cette Demoiselle. Je comprendrai votre urgence. »

- « Je n'ai rien à craindre d'eux. » Répliquais-je avec un petit sourire joueur, agitant une main devant mon visage pour exprimer mon manque d'inquiétude à ce sujet. - « Discutons en cette belle nuit, douce Mademoiselle ! » Dis-je, exécutant une gracieuse courbette avant, de subitement me retrouver dans une confortable position assise sur le chemin de pierre. Il ne manquait que le saké !

- « Ce que les hommes peuvent faire... Hum...» Commençais-je en tenant mon menton, mes yeux dorés fermés un petit instant. - « Il est difficile d'avoir un avis tranché à ce sujet. J'aime les humains. J'ai pris leur parti, probablement ont-ils presque réussi à me domestiquer, moi l'animal sauvage blanc... Cependant, on raconte certaines choses à leur sujet dans la forêt des esprits... Les humains auraient sceller eux-mêmes leur destin. Et quel destin funeste ! Les anciens parlent même du réveil du purificateur... Quoi que cela puisse-t-il vouloir dire ! » Terminais-je en haussant les épaules, détaché.

Je ne savais pas grand-chose de plus à ce sujet, je n'avais fait qu'épier une conversion, après tout. C'était juste les spéculations d'esprits trop vieux, trop séniles, mais ça collait bien à l'ambiance de cette ville ! Mon sourire fier et joueur s'était un instant absenté lorsque je vis ces quelques fleurs blanches qui, n'étaient pas là il y a encore quelques instants... Oh ? Intéressant, Huhu~
© YOU_COMPLETE_MESS

_________________


Snow was falling as falling stars…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
>









Revenir en haut Aller en bas
Le Chat était souvent agacé par l'Oiseau : L'un s'escrimait du bec, l'autre jouait des pattes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le chat qui n'existait pas...
» Activer le chat
» Invitation au Chat
» Chat a gogo
» Il était une fois... Carrefour!

Until Dawn :: Tokyo :: Ligue de JusticeSauter vers: