UNTIL DAWN

 

 :: Characters :: Fiches :: Fiches personnages Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aloïse Cohen | Héroïne [Validée]




Fiche : Potion & sortilège
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 17



Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Fév - 15:11
Cohen Aloïse
Race : Humaine
Sexe :Féminin
Âge : 21 ans
Anniversaire : 14 Juillet
Nationalité : Française
Classe sociale : Moyenne
Groupe : Héros
Métier :  Serveuse dans un salon de thé.
Sexualité : Pansexuelle.
Loisirs : Aloïse, tu as pour loisir créatif le dessin et le chant. Tu peux passer des heures à fredonner ou pousser la chansonnette dans n'importe quel endroit. Lieux publics, transport en commun. Il t'arrive même de chanter dans les bars. Sinon tu adores t'occuper des plantes. Tu as, ce qu'on appelle, la main verte.
Pseudo sur Kaibyou : Mistigris
Particularité : Dans ton dos, deux cicatrices. Souvenir d'un combat passé.
Avatar : OC de Jzvbeee
Mental
Parlons du caractère d’Aloïse. La première chose à retenir est qu’Aloïse est une demoiselle discrète qui préfère écouter les autres. Elle est silencieuse ouvrant la bouche le plus souvent pour donner des conseils qu’elle espère toujours bons, essayant de faire au mieux pour aider ceux dans le besoin. Sinon quand elle prend la parole elle est toujours honnête et directe. Elle dit ce qu’il doit être dit, elle ne voit pas l’utilité de mentir. De toute manière c’est une piètre menteuse. Elle ne sait pas faire. Quand elle commence à calomnier elle bafouille et devient aussi rouge que l’est une tomate. Elle se sent gêner de faire ça à une personne qui lui apporte sa confiance en l’écoutant parler. Même si elle est obligée de le faire pour cacher sa deuxième identité.

Aloïse est une femme dynamique. Elle n'arrive pas à rester en place plus de dix minutes sans rien faire. Et encore dix minutes c'est quand tout va bien. Quand elle est calme. C'est une hyperactive, il n'y a pas d'autre mot. Elle n'aime pas l'inaction sinon elle s'ennuie. Même se poser dans le canapé à seulement regarder la télé elle n'y arrive pas il faut qu'elle trouve une autre activité à faire en même temps. Cependant, quand il le faut elle sait être calme et patiente. Prenez par exemple les plantes. Quand Aloïse s'en occupe elle sait qu'il ne faut pas trop les brusquer donc elle va prendre son temps. Patienter. Elle va prendre grand plaisir à les regarder pousser en douceur, à leur rythme. Alors qu'avec un gâteau dont il faut le laisser reposer des heures elle ne peut pas. Elle préfère les recettes rapides. Qu'on peut déguster pratiquement tout de suite avec une très grande tasse de thé ou un bol de café. C'est en tout cas les seuls gâteaux qu'elle fait. Gourmande qu'elle est.
C'est pour cette raison qu'elle s'est mise au sport. Au départ elle n'était pas totalement partante. Mais au fil des jours, elle a appris à aimer ça. A aimer la course à pied et de frapper dans un sac de sable. Maintenant c'est devenu une routine. Cela lui permet de se défouler, de se vider l'esprit et ainsi ne pas trop penser, d'oublier ses angoisses. On ne dirait pas comme ça, car elle ne laisse rien transparaître, mais Aloïse est une angoissée. C'est une optimiste qui ne baisse jamais les bras, mais elle ne peut s'empêcher d'avoir peur de rater quelque chose. De mal faire. Alors qu'elle sait que tout va se passer et que même si un problème survient elle trouvera une solution pour l'arranger. C'est une battante qui par moment a des doutes et des peurs. Quand elle angoisse Aloïse a pour tic de s'arracher la peau de ses lèvres ou de se mordre l'intérieur des joues, tout dépend des jours, de ses humeurs et de ses nuits. Elle a des problèmes de sommeil. Parfois elle frôle l'insomnie. Ayant presque peur d'aller se coucher. Certaines de ses nuits sont peuplées de rêve étrange. Elle voit une femme se fait pendre ou elle se voit pourchasser par tout un village avec des fourches et des torches enflammées qui crie à la sorcière et ça se finit toujours de la même façon. Une pendaison.

Ses nuits de sommeil très courte ont parfois des conséquences sur son caractère. Par exemple, Aloïse est une demoiselle qui râle peu, le plus souvent pour des raisons anodine et qui jure peu, n'aimant pas la vulgarité. Sauf quand elle est fatiguée, au bord de la rupture ou énervé au choix. Elle râle beaucoup beaucoup plus et les vulgarités fusent à tout va. Le plus souvent contre elle-même, mais son langage change. Et n'essayez pas de la faire changer vous n'y arriverez pas. Elle est très têtue. Quand elle a une idée en tête, elle ne l'a pas ailleurs. Et ne faites rien de répressible devant elle, car elle est très rancunière et n'oublie jamais rien. Elle possède une très bonne mémoire. Elle retient surtout très bien les visages.

Aloïse est coquette même si parfois ça ne se voit pas à la façon de s'habiller. Il faut dire qu'il lui arrive de prendre les premiers vêtements qui lui passent sous la main faisant tout de même attention qu'à l'assemblage le tout ne soit pas vulgaire. Elle ne le supporte pas. La demoiselle possède des vêtements courts qui dévoilent certaine partie de son corps. Elle n'est pas pudique pour un sous étant bien dans son corps. Elle ne supporte pas, aussi, de porter des vêtements froissés et déjà porter la veille. C'est une maniaque. Tout doit être bien rangé, ordonné et toujours à sa place. Si un objet à échanger sa place la bleue le remet tout de suite. Sinon elle ne se sent pas bien. Elle a l'impression d'avoir un appartement en désordre alors qu'il y a qu'un seul objet pas à sa place d'origine.

Même si elle ne l'avouera jamais elle attend le prince charmant sur son grand et beau cheval blanc. C'est une grande romantique qui dans sa jeunesse a peut-être un peu trop regardé de Disney et qui en regarde encore. Elle l'avoue. C'est bien les seuls films gnangnan qu'elle regarde. Normalement elle ne regarde, ni ne lit, les films d'amour et les livres. Elle trouve cela trop nié. Et si jamais vous lui en faites regarder un bouchez-vous les oreilles. Elle ne va faire que râler devant. Si elle n'apprécie pas ce genre c'est tout simplement parce qu'elle est nulle en ce qui concerne l'amour. Elle n'y connaît rien. Elle ne sait pas comment réagir. Dans la vraie vie, elle n'arrive jamais à ses fins alors que dans les films la protagoniste arrive toujours à avoir tout ce qu'elle veut. Tout lui sourit. Et cela énerve Aloïse. Ca la rend triste aussi, mais vous ne le saurez peut-être jamais. Aloïse essaie de jouer la forte quand elle est triste. Se forçant à sourire de toutes ses dents en toute circonstance. Elle n'aime pas quand on la regarde pleurer. Elle se dit qu'elle n'a pas besoin de la pitié des autres. Enfant elle a toujours réglé ses problèmes seuls ce n'est pas en étant adulte qu'elle va demander de l'aide.

Aloïse possède une grande faculté avec les plantes, ce qui l'aide beaucoup à faire pousser les plantes dont elle a besoin pour ses potions. Son appartement est un véritable et immense jardin. Il y a des plantes de partout. Attention où vous mettez vos pieds. Elle y arrive avec les plantes alors qu'elle n'est pas douée de ses doigts. C'est une maladroite. Deux mains gauches et du beurre entre les doigts. Tout ce qu'elle porte finit, une fois sur deux, exploser au sol. Ce qui peut faire beaucoup de tasses cassés au salon de thé, même si elle essaie de se concentrer le plus possible pour qu'à la fin de la journée il y ait moins de dix tasses cassés. Sa maladresse disparaît quand elle devient The Witch.
Aloïse a pour passion le dessin. Elle peut passer des journées à dessiner. Et pour deuxième passion le chant. Elle chante pour se détendre, parfois elle ne se rend même pas compte qu'elle pousse la chansonnette. Le plus souvent elle fredonne quand elle trouve que c'est trop silencieux chez elle. Elle n'aime pas les silences. Déjà qu'elle n'apprécie pas la solitude alors quand il n'y a aucun bruit dans son appartement elle chantonne. Elle s'est habituée aux bruits constants de la ville.

Physique

Physiquement, Aloïse ne peut pas se décrire objectivement. Elle n'y arrive pas. Il faut dire que lorsqu'elle se regarde dans le miroir elle voit encore le reflet de la femme qu'elle était, il y a quelques années en arrière.

Aloïse n'a pas toujours fait une taille 38. Au cours de sa formation pour devenir une héroïne, la demoiselle a perdues une trentaine de kilos. Aujourd'hui quand elle monte sur la balance, cette dernière affiche 56 kilos. Malheureusement, elle se voit encore faisant plus de quatre-vingts kilos. Pour se décrire Aloïse risque de vous certifier qu'elle est ronde voire grosse. Malgré que sa perte de poids l'est fait grandir ce qui l'affine encore plus. Pour vous donner une idée, elle mesure un mètre soixante-neuf. Et n'essayez pas de lui faire changer d'opinion vous vous y casserez les dents. Elle est bien trop têtue pour changer d'avis et il est bien difficile de changer le regard qu'on porte sur soi-même.

Cette incroyable perte de poids n'apporte pas que de bonne nouvelle comme une meilleure santé ou le fait qu'elle puisse mieux s'habiller. Comme cela on pourrait penser que ce n'est pas grand-chose, mais au contraire c'est énorme. Ça change beaucoup de choses de pouvoir mettre ce que l'on désire sans penser aux regards des autres, à ce qu'ils pourraient penser de nous voir habiller ainsi. On se sent plus libre. C'est ce que ressent en tout cas Aloïse les peu de fois où elle va faire les magasins. Cette perte de peau n'a pas épargné la peau de la demoiselle marquant de vergeture le cuir pâle. Des marques violettes zèbres son derme au niveau de sa poitrine, qui a perdu de volume faisant dorénavant un bonnet C, ainsi que dans la zone du ventre et des cuisses. Mais ce n'est pas la seule imperfection que possède son corps. Pas de taches de rousseurs ou de naissances, mais deux cicatrices d'un parallèle incroyable. Etant assez récentes les deux lignes sont encore légèrement boursouflés et d'un rosé flagrant. Elles ne passent pas inaperçus. Comme leur propriétaire il faut dire.

Ayant une toute nouvelle liberté vestimentaire, Aloïse se fait plaisir. Elle se permet de mettre des choses un peu plus courtes, de dévoiler des parties de son corps. Le plus souvent ce sont ses jambes qui se retrouvent à l'air aimant mettre des jupes ou des shorts. Au niveau du haut, il lui arrive parfois de mettre des croc-tops ou alors de mettre d'ample t-shirt laissant apparaître un soutien-gorge fantaisies. Il est vrai qu'elle se trouve encore grosse, mais Aloïse n'est pas pudique pour deux sous et c'était déjà le cas. Elle n'a jamais réellement réfléchit à ce que pourrait penser les autres. Elle s'en fout comme de l'an quarante. La seule chose dont elle fait attention c'est de ne pas paraître vulgaire. Elle essaie donc de piocher les bons vêtements le matin. Oui, ses tenues ne sont pas pensées la vieille au soir, mais choisit la tête dans le cul le matin, tout de suite après qu'elle se soit bougée du lit. Elle prend la première chose qui lui passe sous la main. C'est régulièrement les mêmes vêtements ne fouillant pas trop dans ses piles de linges propres. Vous la verrez donc souvent avec les mêmes tenues. Mais attention ses affaires seront lavées et repassé. Hors de question de mettre des haillons. Sans oublier les gants qu’Aloïse porte continuellement. Elle ne souhaite pas que sa peau rentre en contact avec  la surface d’un objet.

Il est facile de reconnaître Aloïse de dos. Déjà sa démarche féminine, mais avec un petit quelque chose en plus. Comme si elle sautillait à chacun des pas qu'elle fait. Ensuite, il y a ses longs et fins cheveux d'une couleur que personne d'autre ne possède. Un bleu assez clair qui est rejoint par des nuances de rose et de violet sur les pointes. Peu de temps après être devenu un héros, Aloïse a voulu changer quelque chose dans son look pour bien marquer le changement de trajectoire que prenait sa vie. Elle est donc partie sur un changement de couleur de cheveux en ayant marre de son brun fade, sans saveur. Qui est vrai n'apportait rien à son visage. Ce châtain n'allait pas avec les courbes fines qui dessine son visage, avec les doux yeux bleus en amende maquillé avec élégance qui regardent le monde avec espoir et optimisme, avec ses lèvres souriante peints le plus souvent de noire et qui sont victimes du stress et des angoisses qui habitent Aloïse. Pour se détendre la jeune femme s'amuse à tirer, avec ses dents blanches, la peau qui est abîmées. Ce qui peut parfois faire couler le sang. Un tic qu'elle essaie de faire disparaître. Comme celui de passer continuellement sa main dans ses cheveux pour les ramener vers l'arrière. Ça ne sert à rien excepté accélérer l'apparition de sébum sur son crâne. Mais pour cette dernière manie, Aloïse a recours à la méthode des coiffures. Elle fait toute sorte d'attache avec ses cheveux, des tresses, des chignons, des couettes...
The Witch
Nom du Pouvoir : Animisme & Sorcellerie
Nature du Pouvoir : Don & Artéfact
Costume : Le costume que porte The Witch n'est pas le plus élaboré des héros. Si on y prête attention ce sont des vêtements que n'importe quel magasin de vêtements pour femme vend en ce moment. Notre sorcière a pris dans son armoire un short, un soutien-gorge fantaisie et une veste qu'elle boutonne pour pas que l'on remarque l'absence de t-shirt, mais on l'a remarqué. Au pied, elle a enfilé des cuissardes arrivant mi-cuisse. Et pour bien faire kitch elle porte comme couvre-chef, un chapeau pointu. LE chapeau de la sorcière. Le tout dans une couleur violet. Elle était vraiment en manque d'inspiration quand elle a dû choisir le costume qui allait la représenter.
Description :
Son don semble simple à comprendre. Aloïse peut donner vie à des objets par un simple contact de sa paume. Les objets bougent, s'amusent, gesticulent... Cependant, la demoiselle ne possède aucun contrôle sur ces babioles animées et elle doit rester proche d'eux si elle ne souhaite pas qu'il retombe dans l'anonymat. Mais pour ça, l'animiste n'a pas besoin de partir bien loin une 20 de centimètres ou tout simplement attendre 10 minutes.
Cette partie est simple de compréhension arrive la deuxième. Son don possède un deuxième niveau d'utilisation. Aloïse peut, si elle le désire, voir le passé des meubles en pleine valse. Les images défilent sous son crâne. D'abord, les jours précédent d'une netteté sans pareille et plus elle recule dans le temps et plus tout devient flou. Plus il est difficile de tout comprendre. De tout assimiler. Parfois elle doit s'y reprendre à plusieurs fois.

Aloïse a un abus de langage quand elle nomme le pouvoir que lui procure son artefact Sorcellerie. Le mortier, qu'elle a retrouvé dans le grenier de la famille Cohen possède quelque chose de magique, mais il ne permet pas à Aloïse de lancer des sorts comme Hermione Granger. L'artefact lui permet de créer des potions aux fonctions hétéroclites, chose que fait une sorcière d'où l'abus de langage. En théorie, le mortier insuffle une part de magie dans les mélanges de plantes que pratique Aloïse. Chaque ingrédient à sa fonction et pour le moment Aloïse ne les connais pas tous. Elle se constitue en petit grimoire avec tous les philtres, potions et autres qu'elle a trouvé.


Présent

Les journées d'Aloïse sont organisées toujours de la même façon. Régulièrement, la demoiselle ouvre les yeux bien avant que son réveil résonne dans l'appartement, mais elle sort de son lit que lorsque la sonnerie retentit. Cela annonce le véritable début de sa folle journée. Il faut dire que les cauchemars la tiennent éveillés une bonne partie de la nuit.

Debout le plus souvent à cinq heures, Aloïse part courir, après bien évidemment un petit-déjeuner composer de jus de fruit et de fruits secs. Il ne faut jamais faire du sport le ventre vide cela favorise les baisses de tensions et autres maux bien plus grave. Son footing dure une trentaine de minutes, parfois plus si la veille un excès a été fait.Deux fois par semaine la course est remplacée par des coups dans un sac de sable.
Avec les journées qui l'attendent c'est une obligation qu'elle soit en forme. Elle ne peut pas devenir une véritable loque. De toute façon ce n'est pas dans son caractère. Elle a besoin de ça. De bouger tout le temps.

Après la course, la douche et tout ce qui va avec. Habillage, pouponnage.... Puis petit grignotage avant d'aller s'enfermer dans son laboratoire quand vient les six heures vingt. Pendant plus d'une heure, Aloïse va perfectionner son utilisation de l'artéfact. Créer de nouveaux philtres à utiliser et surtout refaire ceux qui pourraient lui être indispensable en mission et parfois elle fait quelques commandes que les gens peuvent passer sur internet. Elle n'a pas vraiment de site, mais le soir avant de s'endormir elle lit les commentaires que certains postent sur The Witch, son identité secrète. Et beaucoup parle du fait qu'ils aimeraient avoir des potions pour faire tel ou tel chose. Donc, quand elle est dans son jour de bonté, elle réalise les vœux et leur offre ce qu'il désire. Toujours des choses rationnelles, qui ne peut causer d'ennuie à personne.

Vers huit heures il est temps d'aller affronter le monde du travail. Après avoir nourri Philibert, son chat noir aux yeux d'or, Aloïse se dirige vers le salon de thé où elle y travaille comme serveuse. S'il n'y a pas trop de monde il lui arrive parfois de donner un coup de main au pâtissier. Elle adore faire de la pâtisserie. Elle adore surtout goûter toutes les préparations. Le patron demande toujours à Aloïse de goûter avant de mettre un gâteau sur la carte. Ca flatte énormément la demoiselle. Pour elle ses collègues sont devenus sa famille au point que ce sont les seuls au courant de son deuxième boulot. Dans un sens elle était obligée de leur en parler devant parfois s'absenter quand elle est appelée en intervention et étant une piètre menteuse ça lui évite de trouver des excuses bidon que personne ne croira. Etre héroïne demande beaucoup de sacrifice, mais Aloïse est prête à les prendre. Elle ne perd pas son objectif de vue. The Witch fera tout ce qui est en son pouvoir pour mettre derrière les barreaux la raison pour laquelle elle a emménagé au Japon. La raison pour laquelle elle est partie de France quittant sa famille et le peu d'amis fidèles qu'elle s'était fait.

Ces journées se terminent parfois par un karaoké. Ça lui permet de se défouler et de relâcher toute la pression qu'elle a cumulé. Après deux voire trois chansons, Aloïse rentre chez elle et va passer la soirée à s'occuper de son chat. Lui faire des câlins, jouer avec lui... Sans oublier de passer faire un tour sur les réseaux sociaux. Elle n'est pas accro à ce genre de choses, mais elle aime bien savoir ce qui se passe dans la ville. Savoir si d'autres personnes ont une vie aussi mouvementée que la sienne. Après Aloïse n'est pas en position de se plaindre. C'est elle qui veut vivre une telle vie et elle ne l'échangerait pour rien au monde.
Histoire
Quand on écoute, Aloïse, raconter son histoire, on pourrait se méprendre quant à la gaieté de son enfance. Aloïse ne changerai en rien ce qu'elle a vécu, elle se dit qu'il y a toujours pire. Et ça lui a forgé un sacré caractère.

Aloïse est née dans un petit village dans l'Ouest de la France, tout proche de la ville de Bordeaux. Pourtant, elle n'y a jamais mis les pieds enfin seulement pour prendre l'avion pour rejoindre le Japon. Ce serait la seule chose qu'elle pourrait regretter. Le fait qu'elle n'ait pas profité d'être en France pour visiter les régions qui peuplent ce pays. Tout le monde, n'arrête pas de lui en faire des compliments en lui disant qu'elle a de la chance d'être née dans un tel pays, dont elle se sent bête de ne rien connaître. Il faut dire que la bleue n'a pas vraiment eu le temps ni l'envie de faire du tourisme quand elle était enfant.

Commençons par le commencement. La mère de la demoiselle se prénommait Rebecca. Oui se prénommait, mais il faut patienter encore un peu on va y arriver rapidement à cette partie de l'histoire.
Donc Rebecca âgée d'une vingtaine d'année travaillant dans un bar en tant que serveuse pour pouvoir payer, seule, ses études ne voulant pas ruiner ses parents, mais souhaitant étudier quelques choses qu'elle apprécie. Elle rencontra un homme de cinq ans son aîné. Pour la demoiselle c'est le coup de foudre. Le coeur qui battait la chamade, les pommettes rougissantes à chacun des mots qu'il lui susurrait... Rebecca fut aux anges quand le bel apollon l'invita à sortir. Elle se souviendra de cette sortie encore des années après. Ce fut cette nuit-là qu'il eut le premier baisé. Son premier baiser étant vierge de toute relation. Elle se sentait novice et se laissait totalement guider par cet homme en qui elle avait une confiance totale et aveugle.

Un mois après le début de leur relation, Rebecca annonça à l'apollon une nouvelle qui changea toute sa vie. Elle était enceinte. Monsieur tomba de haut. Clairement il tomba du tabouret sur lequel il s'était assis en s'approchant du bar. Le futur papa ne fut pas le plus heureux des hommes à cet instant et il n'eut pas besoin de prononcer le moindre mot que la future maman compris. Elle lut clairement dans son regard qu'il ne pourrait pas. Il se sentait incapable d'endosser au mieux ce rôle de père même si la demoiselle promettait qu'elle serait toujours présente pour l'aider. Il préféra fuir. Depuis ce jour-là Rebecca ne le revit jamais. Il ne lui envoya pas une seule lettre, ne demanda aucune nouvelle ni d'elle ni du bébé. Une jolie petite fille un tantinet rondelette.
Malgré tout ni la mère ni la fille lui en voulurent d'avoir fui comme un lâche. La première parce que c'était son premier amour et surtout que malgré tout ce qu'il s'était passé elle l'aimait encore et elle l'a toujours aimé au point de toujours refuser toutes les avances que lui firent les hommes. Et la deuxième demoiselle parce qu'elle avait mis tous ses espoirs en sa mère. Elle n'avait nullement besoin d'un père elle avait sa maman. Véritable héroïne du quotidien. Elle ne possédait aucun pouvoir, mais elle était capable de réussir des choses extraordinaires.

Malheureusement, Rebecca quitta le monde des vivants après s'être vaillamment battu contre un cancer à la poitrine. Cancer qui s'imposa en quelques mois. Il fut rapide et dévastateur. Aloïse n'avait que six ans quand ses grands-parents la recueillir et l'élevèrent comme l'aurait fait leur propre fille. La nourrissant peut-être un peu trop. Surtout qu'elle épongeait sa tristesse dans les petits gâteaux quand tout le monde avait le dos tourné. Aloïse en public faisait la forte se disant que c'était ainsi que sa mère aurait voulu qu'elle se comporte. Elle cachait tout au plus profond d'elle-même. Etouffant ses propres sentiments. Encore aujourd'hui c'est ce que fait la demoiselle quand les émotions deviennent trop fortes. Elle camoufle tout.

A l'école Aloïse n'a jamais réussi à se faire de véritables amis. Elle était souvent seule. Mais elle en avait cure. Elle profitait des récréations pour perfectionner le don que l'apparition de la faille-noir lui a fait développer. Pratiquement deux ans après sa naissance, un don apparut dans la vie d'Aloïse. Sa famille n'en avait pas conscience jusqu'au moment de sa vie où Aloïse parvient à faire des phrases complètes et qui avaient un sens. Elle conta l'histoire qu'avait vécue sa mère avec son père à sa grand-mère sans rentrer dans les détails n'arrivant pas à bien voir au travers du brouillard. C'est ainsi qu'elle décrit les limites de son don. Un épais brouillard qui fait irruption dans son crâne lui cachant les petits secrets les plus anciens. Depuis ce jour, elle est obligée de porter des gants dans un cuir spécial qui coupe son don. Pour son propre confort. Etre agressé par le passé des gens à chaque fois que la pulpe de ses doigts se pose sur un objet lui donne rapidement un mal de crâne extraordinaire.

Son histoire aurait pu se terminer ici. Aloïse quittant l'école avec un don presque maîtrisé avec un métier de serveuse en prime. Mais il a fallu qu'un jour de mélancolie la demoiselle à la chevelure pas encore bleue, se plonge dans les affaires de sa mère. Elle souhaite faire un grand trie. Ménage de printemps quand tu nous tiens. Ce qu'elle trouva lui donna un tout autre objectif de vie.

Voyez-vous, même si Rebecca ne tenait pas rigueur à l'homme de sa vie d'être partie elle souhaitait tout de même reprendre contact avec lui seulement pour lui donner des nouvelles de son enfant et surtout savoir comment il allait. Alors, avec ses économies, Rebecca paya un détective pour retrouver le père. Et il le retrouva malgré toutes les péripéties qu'il rencontra dans son enquête. L'homme ayant plusieurs fois changé de nom et surtout entreprenant des activités plus d'un criminel que du bon samaritain. Mais Aloïse ne le savait pas à ce moment-là. Quand Rebecca l'appris elle brûla cette partie du dossier pour que personne ne soit au courant. Ce qu'appris Aloïse est sa dernière adresse connue qui se trouvait au Japon et plus précisément à Tokyo.

Ni une ni deux, Aloïse annonça à ses grands-parents que pour fêter son diplôme de fin d'année elle souhaitait faire un voyage au Japon. Seize ans à peine passé, ses tuteurs ont eu du mal à accepter, mais leur petite-fille réussie à les faire céder. Et ils lui offrirent le voyage. Aloïse peut être très convaincante quand elle souhaite à tous pris quelque chose. Surtout avec ses grands-parents. Il lui suffit de faire les yeux de chiens battus et ça marche à tous les coups. Mais s'il avait su, il n'aurait jamais accepté.

Avant de partir, la France lui offre un cadeau. Vieux de plusieurs années. Avant de partir elle farfouilla dans le grenier de la maison de son enfance pour trouver une valise assez grande pour emporter tous ses vêtements ne sachant pas quoi prendre précisément ne connaissant pas le temps exact qu'il ferait au pays du soleil levant. C'est à ce moment-là qu'elle tomba sur autre chose. Un mortier. Elle ne sut pas tout de suite de quoi il s'agissait véritablement et il lui a fallu attendre plusieurs semaines avant de comprendre et surtout qu'il s'active.

Fin juin, Aloïse prend l'avion destination Tokyo et l'adresse que le détective avait trouvée en poche. Elle espérait au plus profond de son être que son père n'avait pas déménagé entre temps. Qu'il était toujours là-bas. En venant dans ce pays étranger, elle ne souhaitait pas lier avec lui une relation père fille. Elle aurait préféré ne jamais le rencontrer. Mais sachant l'histoire qui l'avait lié à sa mère, Aloïse se persuada qu'il était préférable de lui apprendre ce qu'il était advenu de la femme qui l'avait aimé et le mieux c'était de le faire en face.

Son séjour au Japon fut compliqué. L'hôpital dès la deuxième nuit fut la raison de la dureté de son voyage. La barrière de la langue étant oublié grâce à un petit implant.
Revenons au début. Trouver son père fut assez rapide. Il vivait encore à l'adresse qu'avait trouvée le détective. Mais ne connaissant pas la ville, Aloïse dût demander de l'aide à une personne qui connaissait la ville comme sa poche, qui soit un peu fou pour conduire Aloïse dans le quartier des Yakuzas. Elle l'appris bien plus tard. Avec difficulté elle trouva cette personne. Aloïse fut guidé à travers la ville. Mais elle n'était pas préparée à ce qu'il l'attendait.
Quand elle se présenta devant son père, tout ne se passa pas comme elle l'avait espéré. Celui-ci lui ria au nez. Lui balança des horreurs au visage au sujet de sa mère n'étant aucunement touché d'apprendre qu'elle fut emportée par la maladie. Il lui appris qu'il n'avait jamais aimé cette femme. Il s'était tout simplement amusé avec elle. Aloïse vit rouge. Le peu d'estime qu'elle avait pour lui explosant en mille morceaux. Elle devient vulgaire et l'insulta de tous les noms horribles qu'elle connaissait. Il fit regretté à Aloïse d'être venu le déranger et surtout ce langage désinvolte dans son antre en lui offrant deux cicatrices au niveau des omoplates en utilisant son don. Aloïse n'était pas la seule à voir obtenue une capacité à l'apparition de la faille-noir. Voulant jouer avec elle, il la conduisit à un hôpital devinant qu'étant sa fille et l'amour qu'elle portait à sa mère, la demoiselle n'aurait qu'une envie se serait de se venger. Et pour cet homme il trouvait ça drôle. Et dans un futur proche il la détruirait à petit feu.

Et il avait bien deviné. Son envie de vengeance la fit rentrer à l'académie d'Edoshima pour qu'elle puisse apprendre à mieux maîtriser son pouvoir, apprendre à se battre et surtout apprendre à se servir de l'objet trouvé en France dans le grenier de la maison familiale. L'objet est en réalité un artefact qui s'est lié à elle suite à son envie de vengeance. Sentiment qu'a éprouvé son propriétaire avant de mourir. Un mortier qui a appartenu à Bridget Bishop la première sorcière pendue pour sorcellerie. Elle en été vraiment une. Et grâce à cet objet Aloïse a la faculté d'inventer toute sorte de potion.

Etant une école des plus réputée Aloïse en avait entendu parler jusqu'en France. Convaincre ses tuteurs de s'y inscrire fut plus compliqué que de leur faire accepter le voyage d'un mois qu'ils avaient organisés. Ils ont essayé de convaincre, par tous les moyens, Aloïse de revenir en France. Ils ne voulaient pas la perdre. Elle serait bien trop loin d'eux pour qu'ils puissent la protéger correctement. Aloïse à force de persuasion obtenue ce qu'elle voulait. Elle ne leur a jamais réellement expliqué la raison de son séjour à l'hôpital.
A la rentrée scolaire Aloïse revient au Japon pour une toute nouvelle raison, devenir la meilleure.
Après de longs mois d'apprentissage, Aloïse sorti changé de cette école. D'abord, physiquement puis psychologiquement. Elle est devenue forte, combattante. Elle possède une envie de se venger de cet homme en le mettant derrière les barreaux. Cette envie est plus forte que tout. Et pour ça elle va accepter de rejoindre les rangs des héros.
Joueur

Pseudo : Tightrope
Fiche joueur : //
Commentaire : Vous êtes beaux  
Je risque de prendre mon temps pour finir cette fiche, je m'excuse d'avance, reprenant le rp après plus d'un an d'arrêt j'ai un peu de mal à apprécier ce que j'écris.

Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 89



Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Fév - 16:04
Bienvenue !

Un personnage qui m'a l'air déjà fort intéressant !


Prends ton temps pour ta fiche, du moment qu'on a des nouvelles, on s'amusera toujours à t'accorder un délais ! (<= fait ses fiches en 4 mois minimum...).

_________________

Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 89



Voir le profil de l'utilisateur
Ven 16 Mar - 20:00
Recoucou Aloïse !

Merci encore de m'avoir MP pour signaler que ta fiche était terminée ! J'aurais probablement pas vu avant la fin du week-end sinon...


En lisant le physique et le caractère d'Aloïse, je n'ai pas pu m'empêcher d'imaginer ton personnage avec l'un des miens (dont la fiche n'est même pas encore commencée... J'passe ma vie à faire des fiches sur ce forum, c'est terrible !). Bref, quand le chevalier Mikaelis, Héros de surcroit, sera prêt, je pense que je viendrais te harceler en MP pour avoir un RP ! Enfin, on n'est pas là pour parler de mes recherches de partenaires RP ! Mais tu comprends que dans l'idée, si j'imagine déjà des RPs, c'est que ton personnage est fort intéressant. Tu as vraiment poussé loin le développement de la personnalité de ton personnage, allant jusqu'à lui donner des tics et des manies, décrivant réellement en détails ce qui le compose. Même dans le choix vestimentaire, il y a de la personnalité ! Chapeau, la fiche est très complète de ce côté là, Aloïse en est d'autant plus vivante !

J'ai eu un peu de mal au début à comprendre en quoi Aloïse était un Héros, avant de me souvenir qu'il n'y avait pas que des bourrins, mais aussi des gens équipés d'un cerveau, capable d'enquêter et de faire office de support. Puis, comme tu l'as annoncé par MP, tu vas compléter par la suite le pouvoir. Je sais que tu prépares la liste des potions de ton personnage, quand elle sera prête, n'hésite pas à éditer toi-même ta fiche (je la laisse ouverte à l'édition) puis, à m'envoyer un petit MP que je puisse tout de même revalider tout ça ! Je te fais confiance sur ce point, au pire, on en reparlera ensemble !

L'histoire est vraiment très agréable à lire. Déjà, j'admire les gens qui font des histoires courtes... ... Ne me regarde pas ça comme ça, Nils... Mais en plus, j'aime la simplicité de ton histoire. Elle est touchante et simple, sans être inefficace pour autant. Aloïse a fait du chemin, et le plus intéressant, c'est qu'elle n'est encore qu'à mi-chemin. Hâte de voir ce que l'avenir lui réserve... La vengeance est une mauvaise chose chez les Héros, c'est malsain et j'en passe, mais comme elle n'est jamais encore passé à l'acte (= faire une faute grave en utilisant ses pouvoirs ou son statut de Héros) c'est O.K pour moi. Après tout, je ne pense pas qu'elle en parle à tout le monde.

Le seul petit bémol dans ta fiche est cette phrase : "Son séjour au Japon fut compliqué surtout par rapport à la barrière de la langue." => Il y a une technologie (un implant) qui permet de comprendre les langues étrangères en direct. Tu peux trouver plus de détails à ce sujet dans les Annexes.

Bien évidemment, c'est que deux phrases à éditer (il y en a une plus bas aussi :D). Je pense que tu le feras rapidement après avoir lu mon message alors, je ne vais pas te faire attendre et, je procède à ta validation de ce pas !

Bienvenue chez les Héros !


Si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à m'envoyer un MP !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
>









Revenir en haut Aller en bas
Aloïse Cohen | Héroïne [Validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» Mangemort 23 [Validée par Yuki Hoseki ]
» Presentation : Caroline ambra [Validée by Vivi]

Until Dawn :: Characters :: Fiches :: Fiches personnagesSauter vers: