UNTIL DAWN

 

 :: Characters :: Fiches :: Fiches personnages Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ayato Nakamura | Etudiant [Validée]

avatar >
Classe B
Classe B







Fiche : ...
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 27



Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Fév - 22:39
Nakamura Ayato
Race : Humain
Sexe :Masculin
Âge : 17 ans
Anniversaire : 01/01
Nationalité : Japonnais
Classe sociale : Moyenne
Groupe : Etudiant, classe B
Métier : Pas, il rend service au gens en échange de payer le repas de midi a la cafétéria?
Sexualité : Hétéro
Loisirs : Sucrerie, Blague ou jeux de mots a deux balles, faire régner la discipline, le silence, les défis. 
Pseudo sur Kaibyou : Kyoya (parce qu'il trouve ça classe selon lui mais il y a une raison a tout ça...)
Particularité : Toujours ses lunettes de bricoleur sur ses cheveux. Un grand manteau bleu et un regard perçant (il a le regard revolver //ok je me tais.) Une petite cicatrice avec ses initiales a la main droite.
Avatar : Gareki Karneval.
Mental
Ayato... En un mot les élèves le qualifieront de ''strict'' il est la rigueur par excellence et c'est pour cela d'ailleurs qu'il est le chef du comité de discipline. Mais sachez-le c'est pas un enfant de cœur et il vous malmènera sans doute sans une once d'hésitation. Il y a le ''strict'' et le strict d'Ayato Nakamura soit une sorte de mini dictature (il use de son pouvoir de chef de comité de discipline pour ça) dont il serai même capable de vous trainer de chez vous pour vous emmener à l’école surtout si vous êtes dans sa classe (n’ayez crainte il fait cela aux personnes ayant au minimum cinq absences) Heureusement pour vous il ne fera pas attention à vous sauf si vous entachez la réputation de l'école (notes comprises, il pourrai vous faire des cours particulier (vous n’aurez sans doute pas le choix…)  Pour que vous ayez la moyenne au prochain devoir, et d’après ce qu’on dit ce n’est pas une partie de plaisir…). D'ailleurs inutile de donner vos noms il vous gratifiera d'un horrible surnom collé à vie.

Hormis cela Ayato est plutôt quelqu'un de calme même s'il envoie régulièrement les gens ailleurs (comprenez-le c’est une passion un sport dont il prend un certain plaisir un peu sadique surtout pour rejeter des déclarations enflammés…notez que vous verrez un sourire diabolique sur ses lèvres !). Mais le brun peut très bien être protecteur envers les gens qu'ils apprécient ou bien se montrer compréhensif et même de faire preuve de maturité.

Il y a une chose qu’Ayato déteste par-dessus tout : lui-même. Il se hait pour son incompétence malgré qu’il soit ‘’strict’’ et traite les autres de lâches, il sait très bien qu’au fond de lui il ne vaut pas mieux que les autres (voir histoire). C’est pour cela qu’il refuse d’être approché physiquement et porte toujours ses gants, pour cacher ses mains qui ont commis l’irréparable. Il se dégoute et se considère lui-même comme un monstre. Il ne voue pas un culte aux Héros. Pour lui ce sont tous des ‘’stars’’ qui ne vivent que pour l’argent et la célébrité. Ce qui est ironique car il est dans une école de héros pas vrai ? Il veut être utile au gens voilà son but même si on a du mal à le penser, car au vu de son visage on pourrai penser que ça le ferai plus chier qu’autre chose. A noter qu'il n’aime pas les injustices. Mais d’une part il essaye de faire ça pour son frère ? Une façon de se racheter ?
Malgré son sérieux, le jeune homme peut être aussi très joueur, il aime les défis, et n’importe lesquels au plus sérieux au plus ridicule (concours de nourriture (ne lui demander pas de cuisiné c'est....catastrophique). Il est confiant de ses capacités ou du moins il parait le plus confiant possible. Il ne veut pas être un lâche aux yeux de tout ça serai tacher son très cher orgueil. C’est une personne taquine et plutôt directe (même s’il s’emporte un peu) et un peu (beaucoup) violement.
Ce qu’il aime sinon ? les sucreries, le silence, la musique, la discipline, les défis et les jeux de mots ou blagues à deux balles (eh oui même s’ils ne rigolent que très peu il prend soin de noter les perles dans un petit carnet ça le fait toujours sourire quand il les relit) Ah il aime aussi ses deux amis d’enfance : Shinsei et Aoki.

Pour ce qu’il déteste : c’est simple tout. Son réveil pour commencer, l’indiscipline (même si lui par moment il est indiscipliner pour ses remarques et ses manières a noter d'ailleurs qu'il est un peu trop franc par moment quitte a blessé la personne meme si c'est d'une manière involontaire)

A cause de sa capacité et en plus d’être migraineux il a souvent des migraines et prend régulièrement des médicaments.
Physique

Ayato a les cheveux sombre en bataille avec toujours ses lunettes de bricoleur noir sur la tete, il n’aime pas les coiffé ou plutôt ça l’ennuie et ça lui fait perdre du temps inutile. Et puis avouons-le ceux qui verront un jour le jeune homme bien coiffé trouverai ça effrayant. Pour contraster avec ses cheveux, il a la peau pale avec des yeux sombres au reflets bleu. Un sourire ? Hormis un sourire taquin vous ne le verrez jamais sourire vraiment hormis si vous avez l’idée de vous cacher dans son armoire pour le surprendre en train de lire son carnet bleu a blague.
Il est plutôt grand un mètre quatre-vingts pour soixante kilos. Au niveau de ses vêtements. Ayato ne se complique vraiment pas la vie. Une veste noire et un pantalon sombre. Il n’aime que les couleurs sombres même s’il contraste ses vêtements par un long manteau bleu clair a capuche. Son manteau a de longue poche et le jeune homme a toujours l’habitude de mettre les mains dans ses poches (quoi c’est impoli ? Aller lui dire mais je pense que vous en sortirez pas indemne…) Il porte toujours des gants marrons sur ses mains, parfois ils sont noirs, blanc, bref ça dépant de son humeur.
Kyoya
Nom du Pouvoir : Jiki
Nature du Pouvoir : Don
Costume : non.
Description :
Ayato a le pouvoir de modeler et manipuler les champs magnétiques qui existent mais a une certaine distance pas plus d’un rayon de dix mètres. Il peut employer ses pouvoirs magnétiques de plusieurs façons. Ses pouvoirs lui permettent de lever, déplacer et remodeler les objets grâce aux forces magnétiques, assembler une machine (du moment qu’il comprend comment il faut faire pour l’assembler) ou au contraire le désassembler. Bien sure ça lui demande une grande force mentale et par ailleurs une migraine a force de trop utilisé son pouvoir.
C’est une sorte d’aimant, il attire les objets a lui et peut les assembler a une partie de son corps comme un bras pour former un bras métallique (la taille du bras métallique dépend du milieu auxquels il utilise sa capacité mais généralement le bras en métal ne fera pas plus de trois paumes de mains).
Il peut repousser les métaux ou au contraire les faire diriger contre ses adversaires (comme par exemple balles de pistolets)


Présent

Ayato, 17 ans, classe B a Edoshima, cheveux ébouriffé, et le regard revolver. Passe ses journées à l’école, en tant que chef du comité de discipline à faire régner l’ordre dans l’établissement. Oui un ordre un peu trop excessif…il passe la plupart du temps à se plaindre et à être de mauvaise humeur. Mais ne refuse jamais l’aide de quelqu’un à condition que vous lui payer le repas du midi à la cafétaria bien sûr. Il aime beaucoup flâner que ce soit au cdi ou encore sur le toit du lycée pour être tranquille.
Il aime bien se balader aussi dans les lieux animés mais avec modération (ça le saoule vite sinon).  Il est pas rare de le voir faire quelques courses (et s'acheté des sucreries pour les manger en cachette) car il sait très bien que la Geek (aka Aoki) ou même le Stalkeur (aka Shinsei) ne les ont pas faites. Il vit actuellement chez deux amis d’enfance d’ailleurs et même s’il s‘en plaint beaucoup il tient à eux.  
Histoire
Les parents d'Ayayo étaient un couple hors du commun, car oui, il était composé d'une mère sans capacité naïve et qui défendait toujours son mari. Qui lui au contraire était le parfait opposé de sa femme, un vilain à capacité, infidèle et dépourvus de morale.
Mais sa femme ne disait rien. Elle restait muette et ignorait les actions de son mari. Elle l'aimait. Et aimait les deux jumeaux qui vont naître sous peu. Le futur père devient par la suite de plus en plus attentif au besoin de sa femme en apprenant qu'elle est enceinte.
Il assista à la naissance des enfants qu'il nomma lui-même sans même avoir consulté sa femme. Kyoya et Ayato. Et pour les reconnaître, il avait fait une cicatrice sur la main de ses enfants. Pour ensuite abandonner sa famille pendant un an et demis.
La mère ne disait rien. Mais restait tout de même triste. Elle éleva donc ses enfants avec ses propres moyens. Ça la fatiguée plus qu'autre chose, car elle n'avait pas les moyens nécessaires pour élever les deux enfants.
Un an et demis plus tard, le père revient et attaque sa femme en justice. L'accusant de l'avoir empêché de voir ses enfants. La mère ne se défendit très peu. Elle ne voulait pas énerver son mari, puis elle l'aimait et ne voulait pas qu'il retourne en prison. Elle se déclara elle-même coupable. Résultats : elle avait perdu la garde de ses enfants au profit du père et lui devait une somme colossale pour l'indemnisation. Juridiquement, elle pouvait encore voir ses enfants, mais… Elle savait que le Vilain refuserait.
Le mari lui était aux anges. Il avait l'argent et les gosses. Bon, certes, il devait jouer le gentil papa devant ses enfants pendant un petit moment… Mais voilà. Et puis les gosses eux étaient trop jeune pour comprendre, mais c'était quand même avec joie qu'ils furent emmenés chez leur père. Une maison tout à fait banale en apparence avec un jardin.
Jouer les papas poule était vraiment une plaie pour lui, et surtout ça l’énervait plus qu’autre chose, mais il n’avait pas le choix. Et puis changer les couches, préparer le biberon… C’était vraiment chiant et il ne savait même pas comment il fallait procéder au début. Et parfois même, il hésitait à appeler sa femme pour qu’elle vienne s’en occuper, mais il ne voulait pas paraître faible. Élever des gosses ne doit pas être aussi compliqué après tout non ?
C’était l’enfer. Les gosses braillaient trop ! Parfois même avec un ras-le-bol, il les laissait pleurer dans toute la maison et mettait des bouchons dans ses oreilles pour ne pas les entendre.
A l’âge de sept ans il considéra que ses gamins étaient suffisamment autonomes (et puis entre nous il en avait tellement ras le bol de jouer le gentil papounet, et puis les sourires forcés lui avait donné des crampes à la joue).
Il enferma les enfants à la cave leur disant que le repas était uniquement à neuf du soir de même pour l'eau. À la cave, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient dormir, regarder la télévision ou même s'entre-tuer, il avait dit. À vrai dire, il attendait que ça. Que des deux enfants, s'entretuent ça pouvait être drôle non ? Le père avait laissé plein d'armes dispersé un peu partout dans la cave en espérant que ses enfants s'entretueraient à la moindre dispute. Après tous les enfants en venaient vite aux armes ? D’ailleurs il avait même mis des caméras pour les surveiller pour pas que s’enfuient et pour ne pas louper une baston mémorable.
Mais hélas, pour lui, cela ne se passait pas du tout comme prévu. Pour eux, rien ne changeait vraiment, car après tout, ils étaient ensemble, ils voyaient juste moins leur père qui supposait être au boulot.
La cave ne les a pas faits spécialement peur. C’était sombre certes, mais il y avait la lumière et était rempli de tout un tas d’objet étonnant qui attirait sans cesse leur curiosité et qui rendaient leur jeux plus divertissants.
Malgré la faim et la soif, les deux enfants se soutenaient et s'amusaient comme si de rien n'y était. Ils avaient une lueur de joie dans leurs yeux qui dégoûtaient le père. Pourquoi était-il heureux ? Ils étaient enfermés ! Pas une trace de nourriture ou d’eau ! Bon d’accord parfois comme des sales gosses normaux ils bouffaient des araignées mais ça ne les nourrissait pas assez et ça ne rendaient pas aussi joyeux ! (Noter qu’il avait lui-même essayer)
Ça l’énervait, mais il eut plus tard la réponse. Les enfants avaient appris à se servir de la télévision de la cave. Ils passaient la plupart du temps sur le vieux canapé casser à regarder des dessins animés ou parfois des interventions héroïques mené par des Héros. Leurs yeux étaient illuminés par leurs pouvoirs ‘’cool’’ que ça en devenait dégoutant pour le père.
-Ayato ! On deviendra des Héros ensemble ! Dit-il en mettant les lunettes de bricoleur noir qui étaient sur sa tête sur ses yeux.
Cette phrase était d'un tel pitoyable que le père parfois derrière la caméra en ria ou même soupira. Ah la naïveté enfantine. Ils n'avaient pas de pouvoir comment ils pouvaient se prétendre être héros ? Surtout enfermer dans une cave ?
-Regarde frérot, ce matin, j'ai fait un truc vraiment incroyable. Regarde, regarde !
Kyoya avait tendu sa main devant lui et se concentra pour attirer le couteau de boucher qui était posté un peu plus loin sur la table.
Le vilain était bouché bée... D'accord un des microbes possédait un pouvoir... Ils risquaient de s'échapper ou bien...Il pouvait le mettre dans sa poche. Après tout, à cet âge d'innocence, ils étaient encore parfaitement influençables. Oui, il avait un plan. Un plan terriblement divertissant qui prendrait du temps, mais sur ce côté-là, il n’y avait pas de souci !
Le lendemain, il prit Kyoya avec lui la journée. Ayato avait pleuré Kyoya aussi. Ils ne s'étaient jamais séparés. Ayato passait la journée à pleurer hurlant qu'il voulait revoir son frère. Même si son frère revenait à neuf heures chaque jour, il avait peur de ne plus jamais le revoir. Et puis il revenait dans un état lamentable.
Il revenait couvert de bleu. Et son visage... Malgré les blessures gardait un sourire scotché aux lèvres, car il revoyait sa moitié. D'ailleurs, ils passaient la nuit ensemble, après que leur père les laissa seul bien sûr, à parler de tout et de rien enfin Kyoya parlait le plus. Il était fier de ses nouvelles capacités. De plus, la journée, il passait son temps à s’entraîner avec son père pour devenir le soi-disant plus puissant des héros. D’ailleurs depuis la caméra, le père ne pouvait pas s’empêcher de rire. Kyoya était si naïf.
-Frérot ! Promis quand je serai assez puissant, on partira d'ici et je deviendrai un grand héros pour te protéger !
Et encore une phrase à l'eau de rose. Mais le père avait perçu un changement. Le gosse devenu légèrement arrogant et n'avait pas inclus son autre frère dans le ''grands héros'' il voyait la différence entre eux deux ? Kyoya devait savoir que son frère était sans capacité et était donc inutile. Ce que les enfants peuvent être terriblement francs.
Kyoya malgré qu'il devient de plus en plus égocentrique gardait toujours cet air protecteur. Mais le père savait que c'était temporaire. Le jeune garçon devenait de plus en plus distant. Et ne souciait presque plus du bien-être de son frère. Normalement, Ayato devrait être jaloux ou encore s'énerver, mais non rien le garçon était au contraire admiratif. Il était fier de ressembler comme deux gouttes à ce frère doué d’une telle capacité. Quant à Kyoya c'était plutôt le contraire.
Le père le savait. Il commençait a moins aimé Ayato, car il le ressemblait trop. C'était une larve et ne voulait pas être comparée comme tel.
Le père devient par la suite de plus en plus présent. Une idée était apparue dans son esprit. Il pouvait jouer avec la petite flamme de haine qui était dans le cœur du jeune garçon.
Le jour, il était présent, il ne s'occupait plus de l'entraînement de Kyoya qui en chialer disant qu'il voulait s'entraîner et devenir fort. Ayato lui était aux anges. Il avait à la fois son père et son frère.
Son innocence était vraiment effrayante pour le père. Le jeune garçon n'avait pas de mépris pour lui alors qu’il n'avait que faire du jeune garçon. Il ressemblait vraiment trop à sa femme. Il devait remédier ça, il devait remédier à leur éducation... Ses enfants doivent devenir de parfaits soldats.
Les enfants avaient maintenant accès au reste de la maison, mais uniquement pour les taches et pour manger dans la cuisine. Ça leur faisait bizarre, enfin surtout pour Ayato de revoir la lumière du soleil, et de voir un ciel bleu. Pour lui, c’était sure, son père était redevenu gentil comme avant. Si sympa, si souriant, si….
Ou plutot non, strict. Chaque matin, les enfants devaient faire une dizaine de pompes sinon ils étaient fouettés, ils devaient faire le lit proprement sinon le fouet, ils doivent être présentables et porter des vêtements propres (le père en avait acheté pour eux) il avait le petit-déjeuner, mais s'il tâchait la table, ils étaient punis, il devait débarrasser et laver, même chose une goutte d'eau à terre et ils étaient sanctionnés. Il devait faire le ménage dans toute la maison, etc. Le repas du soir était surtout le moment fatidique. Si ce n'était pas bon. Le père jetait le reste de la nourriture à la poubelle et les enfants n'avaient pas de repas le soir. Car oui, les enfants n'avaient que deux repas par jour. Si un des jumeaux faisait une faute, ils étaient tous les deux punis.
Ayato était naturellement maladroit. Kyoya était souvent fouetté avec lui. Il détestait vraiment son frère pour ça même s’il savait que ce n’était pas de sa faute s’il était maladroit.
Après deux bonnes années ''d'éducation''. Il décida d'entraîner des enfants physiquement. Dans le mental, le père ne se faisait plus de souci. Les enfants l’obéissaient. Le craignait.
Le vilain a mis en place un entraînement physique toute une matinée pour enfin l'après-midi les apprendre à lire et à compter. Pas question que ces enfants aillent à l'école. Pas avec leurs blessures.
Les enfants devaient se lever à cinq heures et l'entraînement débutait à six heures qui consistait à courir et faire des exercices. L'après-midi était plus détendu et plus facile pour Ayato. Le jeune garçon était doué apprenait régulièrement ses leçons et savait les maîtriser contrairement à son frère dont la chose était beaucoup plus difficile.
Le père était étonné par l'optimiste que gardaient encore le jeune Ayato et son intelligence scolaire. Il devait reconnaître pour un parasite sans capacité, il était doué. Il se surprit même à le complimenter plus souvent et non au contraire de le rabaisser comme il avait l'habitude de faire. Mais d'une part n'étais ce pas un peu voulu ?
Kyoya commençait à perdre patience et venait même à en venir aux mains contre son frère. Son père le regardait moins. Il ne le complimenter plus. Les rôles étaient inversés cela se voyait. Il était à l'écart et il n'aimait pas ça. Ça devait être lui le chouchou, il était doué de capacité pas lui, il était faible et inutile !
Son père et Ayato remarquaient la rage sourde du jeune garçon. Le père était satisfait, il sent que tout allait très s'enchaîner et il atteindrait enfin son but et la suite deviendrait plus intéressante.
Ayato tentait de parler amicalement à son frère malheureusement de temps à autre celui-ci le remballait et puis le frapper.
Ça faisait mal pour le jeune Ayato, il pleurait généralement Kyoya se stoppait net face aux larmes de son frère et se sentait honteux. Mais maintenant cet état de faiblesse était fini. Ayato jouait sans doute la comédie. Oui, c’est ça ! Il voulait lui piquer le beau rôle ? Très bien, il allait souffrir.
Ce moment-là arriva, les jumeaux étaient âgés de neuf ans.
Comme d'habitude, ils avaient préparé le petit-déjeuner sous le regard strict du père. Celui-ci senti une tension entre les jumeaux et il savait que c'était le bon moment.
Après la vaisselle, normalement, il devait avoir course. Mais le père avait pris le loisir de faire autre chose de plus intéressant. Et ils les avaient emmenés à la cave, lieu où les jumeaux dormaient et passaient la plupart du temps.
-Vous allez-vous battre dans cette cave, dit-il tranquillement, je veux voir vos progrès.
C'était un demi-mensonge, il voulait voir les progrès de ses fils. Enfin de Kyoya et voir s'il n'avait pas perdu la main dans la maîtrise de sa capacité quant à Ayato ça serai de savoir combien de temps, il allait survivre.
Ayato lui était catégorique. Il refusait de se battre contre son frère qu'il aimait.
-Je ne ferai pas de mal à mon frère !
-Alors ça ne te dérangerai pas si moi, je t'en fais ? Lança Kyoya en mettant ses habituelle lunette de bricoleur sur ses yeux.
Kyoya avait tendu sa main et avait attiré un couteau de boucher.
Le père avait laissé plein d'armes dispersé un peu partout dans la cave en espérant que ses enfants s'entretuerai à la moindre dispute. Il en fallu du temps, mais enfin, ils allaient se battre. Il prit place sur une chaise à califourchon en buvant un jus d’orange en brique. Les choses sérieuses allaient commencer.
Kyoya marchait lentement vers son frère, mais fermement tandis qu'Ayato avait les larmes aux yeux et appelait son frère tout en reculant.
-Tu es vraiment lâche ! Tu fuis ! Tu devrais avoir honte !
Le jeune garçon ne possédant pas de capacités et pleura.
-Pour être un héros, je dois être puissant. Très puissant. Je ne veux pas avoir un microbe inutile chouineur qui me ressemble. Je ne veux pas être comparé à un faible comme toi. Tu comprends, j’espère mon frère ?
Dans cette dernière phrase, on pouvait sentir le dégoût quand il prononça le ‘’mon frère’’. Ayato ferma les yeux. Alors c’était ça, il le faisait honte ?
Kyoya hésita, mais d’une main ferme, il tendit le couteau, mais sa main se bloqua ou plutôt le couteau refusait de bouger. La pointe du couteau était dirigée vers son cœur. Comment ?
-Qu'est-ce....
Il tourna son regard vers son frère. Ayato pleurait, mais lançait un regard noir à son frère. Ce regard le troubla. Ça y est. Il le haïssait. Kyoya commençait a pleurait aussi. Il eut un flash-back de ses moments avec son frère, les rires, leurs pleurs, leurs complicités, l’admiration de son frère. Oui il avait vraiment tout foutu en l’air…
-Ayato... Non..., supplia-t-il d’une voix à peine inaudible et en larme, pardonne-moi, s’il te plaît…
Mais le jeune garçon ne l'entendit pas. Et le couteau se dirigea à grande vitesse dans son cœur.
Kyoya tomba au sol sans vie. Ayato réalisa soudain son geste... Et secoua le corps sans vie de son frère. Il l'avait tué. Tout était de sa faute encore.
Le père était stupéfait. Donc Ayato possédait une capacité similaire à celui de son frère. Comme c'est touchant.
Les jours suivants, le brun était devenu une autre personne beaucoup plus éteinte. Il n'avait plus de vie dans les yeux, il était brisé au plus grand plaisir de son père. Qui poursuivit le reste de son éducation comme si Kyoya n'avait jamais existé. Certes, le père avait alerté les forces de l’ordre, mais il était si crédible dans un mensonge qu’il avait inventé de toute pièce, en versant même quelques larmes sans pour autant exagéré que les forces de l’ordre n’avait pas demandé plus de détails. Ils avaient fait passer ça pour un suicide. Le jeune garçon malheureux de ne plus revoir sa mère qui était parti vivre dans un pays étranger s’était suicidé. Le jeune Ayato, ne se prononcé pas, il pleurait quand on lui posait des questions.
Quelques mois plus tard il perdu son père, dans un accident de voiture suite à une course-poursuite avec la police. Le jeune garçon n’avait pas pleuré quand on lui avait annoncé la nouvelle. Le père avait eu ce qu’il méritait.
C'est sa mère qui vient le chercher. Suite à la mort de son mari, c'était à elle d'avoir la garde de son fils. Contrairement à son fils, elle était triste pour son mari. Elle ne faisait aucune remarque de la disparition de son autre fils. Elle savait qu’il était mort.
La mère faisait son maximum, mais ne savait pas quoi faire pour faire sourire son fils. Lui faire passer à autre chose. Ou même encore de le faire manger suffisamment. Car il ne mangeait que le matin et le soir et refusait de dormir jusqu'à une heure tardive, car oui, il avait gardé l'habitude de se lever tôt le matin à cinq heures. À faire à manger à faire les tâches ménagères.
Quelques mois plus tard, en ayant ras le bol, la mère avait forcé son fils à sortir dehors et à l'emmener au parc pour qu'il s'amuse avec des enfants de son âge. Qu’il se sociabilise, car après tout le jeune garçon ne quittait pas l’appartement.
Au parc, il refusait de s'approcher des gens de son âge. Il avait peur de leur faire du mal. Il se cachait même derrière sa mère ou dans un buisson cachant ses yeux avec les lunettes de bricoleur de son frère défunt qu'il ne quittait jamais de sa tête.
C'était à un de ces après-midi parc-forcé qu'il rencontra deux enfants. Shinsei et Aoki. Dans un premier temps, il n'osait pas les approcher, mais il sentait qu'ils étaient comme lui. Ils étaient différents de ces gosses pourris gâtés heureux. Au fil du temps, une amitié se créa entre ses trois-là.
Sa mère devient heureuse, car son fils sortait et ne passait plus son temps à se morfondre dans un coin de sa chambre. Il était moins distant avec elle, mais ils n'étaient pas complices non plus. À son plus grand dam.
La mère savait que c'était sa faute. Si elle n'avait pas été aveuglée par l'amour de son mari, Kyoya serait encore en vie et les jumeaux auraient été heureux. Ayato le savait aussi, mais n’avait fait aucun reproche à sa mère, car elle faisait tout pour se faire pardonner et prenait soin de lui.
Malheureusement, huit ans plus tard, sa mère mourut dans un incendie. L’immeuble avait pris feu à cause d’un vilain et à ce moment-là le brun était à l’école a Edoshima (il avait reçu une invitation de l’école). Pourquoi donc les héros n’étaient-ils pas intervenus à temps ?
Ayato savait très bien que les Héros n’étaient pas parfaits et que ce n’était pas leur faute. Mais les Héros étaient décidément trop idéalisés… Trop parfait digne d’une bande dessinée. Il savait très bien que plus tard, il ne voulait pas devenir ce genre de héros médiatisé. Il ne voulait pas être ce genre de héros qui ont l'arrogance de vouloir protéger la terre entière.


Joueur

Pseudo : Sora, Fitzy, et plein d'autre
Fiche joueur : Uniquement si vous en avez déjà une !
Commentaire : le fow est vraiment bien! Meme le staff est cool!


_________________

Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Lost in the Flames
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 45



Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Fév - 11:35
C'est un homme qui rentre dans un café... Plouf !

Sur ce, commençons.

Je n'ai eu aucun soucis avec le début ta fiche, le rôle d'Ayato au sein de la classe B me convient (c'est même une bonne idée), il a de la personnalité et c'est même un personnage que je qualifierais de cool et d'intéressant. Son pouvoir est même cool. L'ombre est plutôt au sein de l'histoire, je vais te détailler les points :

- Lorsqu'on obtient une garde d'enfants, il y a un suivi. C'est pour savoir si la personne est "adapte" à élever des enfants. En soit, le père n'aurait pas pu agir avant quelques années (au moins) après avoir obtenu la garde des enfants. De plus, la mère aurait eu le droit à des visites et, le père n'aurait rien pu faire au début pour ça - à cause du suivi (par la suite, ben il peut toujours l'intimider et j'en passe). Je pense qu'il faut laisser au début quelques années où il joue les "gentil papa" (ce qui expliquerait que les enfants restent plutôt "sages" par la suite).

- 4 ans c'est vraiment trop "bas" pour la cave (il y a pas mal de raisons là dessus en fait, mais fais moi confiance !). Tu devrais augmenter l'âge, de sorte à ce que l'âge soit bien celui d'enfants capables d'être un tant soit peu "autonomes". Je dirais 7 ans, si ça te convient ? Bien évidemment, ça modifie aussi l'âge que tu donnes plus bas (attention à ta timeline).

- Le couteau de boucher me gêne un peu, au début. Je pense que la phrase "Le père avait laissé plein d'armes dispersé un peu partout dans la cave en espérant que ses enfants s'entretueraient à la moindre dispute." serait plus juste vers le début de l'histoire, au moment où le couteau rentre en scène.

- Faudrait aussi mettre à clair l'objectif du père, qui reste flou. Un coup il semble plus être cruel et fou, l'autre avoir un vrai plan derrière la tête... Bien évidemment, tu peux juste souligner du sadisme ou de la folie, les humains sont parfois des monstres sans la moindre logique - d'un point de vue extérieur, du moins. Il faudrait aussi que tu précises dans ton texte le moment où les enfants passent l'étape cave => maison. Je sais que le travail là dessus ne sera pas évident, ça va te demander réflexion et lecture et... I'm sorry...

- Tu devrais aussi officialiser la mort du frère au prêt des forces de l'ordre après la mort du père. Je pense qu'ils ont forcément retrouvé le corps ou une quelconque trace de l'assassinat (mis sur le dos du père, forcément). N'oublions pas que la technologie est avancée.

Une petite relecture globale de ta fiche serait enfin la bienvenue, il y a pas mal de fautes qui pourraient être facilement évitées (mais ça va, je comprends ce que tu écris, en soit c'est pas si vilain !).

Attention, tu as écris classe A dans ton Présent alors, que tu souhaites être en classe B ! Normalement, on ne peut pas choisir sa classe. Mais bon, si tu y tien, tu seras classe B ! (J'comprends qu'en voyant que Ethan serait classe A, personne ne veuille y aller, huhu - blague à part). Aussi, il faudrait que tu soulignes ce qui fait que Ayato va à l'académie d'Edoshima, si c'est un choix de sa mère ou s'il a reçu une invitation à rejoindre l'école d’héroïsme (vu son pouvoir, possible qu'il se soit fait remarqué). Te casse pas trop la tête pour ces détails, une phrase ou deux m'iront (pas besoin de trop justifier).

Désolé de te demander ces modifications, promis j'essaye de ne plus t'embêter avec ta fiche après ça ! Si tu as besoin d'aide ou conseil, sache que le Staff et les membres sont là, sur le forum comme sur Discord !

Bon courage, tu y es presque !

_________________

Je brûlerais milles lunes pour faire naître,
ne serait-ce, qu'un seul soleil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar >
Classe B
Classe B







Fiche : ...
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 27



Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Fév - 18:00
J'ai terminé les modifications merci ^^



_________________

Revenir en haut Aller en bas



Fiche : Une tartelette à la fraise.
Grade : D
Niveau : 1
Expérience : 86



Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Fév - 19:03
Merci pour toutes ces modifications ! Il est appréciable de voir que tu ne t'es pas contenté du strict minimum, allant bien au delà pour rendre ta fiche encore plus sympathique ! C'est agréable et en effet, je la trouve encore meilleure ainsi !


N'ayant plus aucun frein pour ta validation, je vais m'en occuper dès maintenant !

Ta fiche est validée, n'hésite pas à remplir la paperasse quand tu le voudras !

J'espère que le forum continuera de te plaire et au besoin, on est là !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
>









Revenir en haut Aller en bas
Ayato Nakamura | Etudiant [Validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» l'etudiant haitien typique est une honte nationale:
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)
» Rose (Pré-validé par Wolf Print)
» [Fiche d'île] Nakamura

Until Dawn :: Characters :: Fiches :: Fiches personnagesSauter vers: